Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog politico-juridique

AFRIQUE/MONDE: LE PASSÉ GLORIEUX DE L’AFRICAIN ET RENAISSANCE KEMITE [8].

Publié le 27 Octobre 2014 par Nick de Bessou

AFRIQUE/MONDE: LE PASSÉ GLORIEUX DE L’AFRICAIN ET RENAISSANCE KEMITE [8].

 

LE MOIS DE L’HISTOIRE AFRICAINE (INITIATIVE DU FDRC)

[DOSSIER EXCLUSIF DU FDRC]

 

[HUITIÈME PARTIE].

 

(Ames sensibles et paresseux intellectuels s’abstenir, svp).

 

Le continent noir est de très loin l’un des continents le moins développé en tout et particulièrement en matière d’éducation. Il n’existe pas réellement un système éducatif africain mais plutôt un système éducatif occidental africanisé. C’est d’ailleurs dans pareil système éducatif que les élèves et étudiants évoluent ou apprennent à s’identifier comme tel ou tel. Nous avons par exemple, les auteurs africains dont les ouvrages sont régulièrement utilisés dans le cursus scolaire, histoire de donner une sorte d’importance à la culture locale ou autochtone. Ainsi, nous avons eu le plaisir de lire les auteurs africains comme Sembène Ousmane, Camara Laye, David Diop, Bernard B. Dadié, Ki-Zerbo, Cheick Anta Diop, Ahamadou Kourouma Laurent Gbagbo et bien d’autres.

Cependant, les ouvrages des auteurs africains sont moins connus en occident ainsi que leurs auteurs. Ceci est fait uniquement dans l’objectif de maintenir le système éducatif occidental, comme étant le seul et l’unique système par excellence, capable de faire d’un « indigène » ou un « descendant de primates » ou un « nègre », une personne éduquée, civilisée et capable de comprendre la philosophie occidentale, consistant à imposer leur vision et hégémonie partout, comme l’unique « civilisation révélée ». Pour cela, tous sans exception en occident, depuis les leaders religieux, leaders politiques, les philosophes, les historiens, les anthropologues et les poètes/écrivains ont tous apporté leur partition ou contribution afin d’asseoir une fausse suprématie occidentale et aussi de pérenniser une fausse civilisation à travers des outils de domination tels les livres d’histoire, de philosophie, d’anthropologie, manuscrits, bibles, livres saints, institutions financières (Banque Mondiale, FMI, BAD, BCEAO, BEAC…), institutions universelles (ONU), institutions continentales et régionales (UA, CEDEAO, CEMAC…), institutions militaires (OTAN…), monnaie internationale (Dollar américain, l’EURO), institutions religieuses (Vatican, Mecque…), institutions universelles de défense des droits de l’homme (Amnesty International, Global Human Rights Watch…), institutions pour la promotion de la culture occidentale (la Francophonie) et bien d’autres institutions de domination financière tel le Club de Paris, Bretton Woods etc.

En clair, tous ces outils de domination sont uniquement créés afin de maintenir les anciennes colonies dans la dépendance tant financière (dettes coloniales, subventions et autres prêts avec des intérêts exorbitants), militaire (coopération militaire (Bases militaires françaises, britanniques et américaines [AFRICOM], ou moyens d’infiltration, de chantages, d’intimidation, de répressions, de formation de rebelles et putschistes locaux, financement des coups tordus, sabotages et la participation active des armées occidentales ou les agressions armées/invasions militaires illégales des armées occidentales afin de renverser des gouvernements légitimes et démocratiquement élus sous de fallacieux prétextes de restauration de la démocratie (cas de la Côte D’Ivoire ou crise post-électorale de 2010/2011), protection des populations, protection des Droits de l’Homme, lutte contre le terrorisme islamiste ou international, protection des populations prises à partie par des groupes armés sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies (cas de la Libye et de la Syrie), la dépendance politique des états africains (consultations des occidentaux pour la bonne gestion de nos propres états ou le fait de toujours prendre cette communauté internationale à témoins pour le règlement de nos propres problèmes africains), dépendance en tout pour la santé publique (Produits et médicaments en provenance des laboratoires occidentaux et les produits purement africains, les produits dits génériques rejetés par l’OMS [Organisation Mondiale de la Santé]), dépendance alimentaire (Dons ou largage des sacs de blé et autres aux populations africaines sinistrées, politique occidentale niant toute politique étatique pour la mise en œuvre d’une politique d’autosuffisance alimentaire pour le continent), dépendance en tout pour la technologie et les armements ou la fourniture en armes de pointe pour nos armées locales (Fabrication et achat d’armes de pointe, de destruction sous le seul contrôle et l’unique approbation des états occidentaux (USA, Royaume Uni et France), niant toutes industries d’armements ou de fabrication d’armes nucléaires aux africains et à d’autres peuples…)…tout ceci fait du Noir moderne ou du Noir africain de la période post-indépendances, un véritable adolescent, un éternel adolescent incapable de s’affirmer politiquement, économiquement et militairement voire culturellement sans l’approbation de l’ancien Maitre, un éternel assisté (vivant uniquement des dettes extérieures pour les budgets de fonctionnement de certains états dits pauvres, lorsque ces mêmes pays sont vachement riches en ressources naturelles, agricoles, minières et pétrolières), un éternel soumis (consultant uniquement et toujours l’occident avant toute décision politique concernant leur propre pays ou population ou politique sociale, économique, militaire ou consultant les occidentaux pour le choix des états africains en ce qui concerne leurs partenaires économiques, commerciaux et diplomatiques), d’éternels aliénés culturels (encore dominés par ces fausses religions dites révélées, évoluant  dans un système éducatif les déshumanisant, les dénaturant, les humiliant constamment), un système éducatif très défaillant, truffé de contre-vérités (mensonges, falsification des faits historiques) et de faux préjugés (fausse suprématie occidentale, racisme, fascisme, ségrégation raciale, Apartheid…), les transformant en Caucasoïdes ou copies conformes du Maitre ou des êtres sans repères historiques, sans présence politique, sans droits de l’homme, sans aucune souveraineté pour leurs propres états considérés comme des protectorats occidentaux, des personnes sans dignité, sans loyauté envers leurs propres populations ou états, sans aucune considération pour les droits de l’homme ou pour la vie humaine, personnes vaniteuses vivant uniquement pour les yeux, l’attention ou l’approbation des autres, des vantards passant  le clair de leur temps à se mystifier en étalant les diplômes obtenus dans ces grandes écoles et universités dites prestigieuses (Harvard, Yale, Oxford, Cambridge, Sorbonne…), cependant des êtres humains incapables de s’affirmer comme tels sans faire références aux fausses théories apprises dans ces établissements académiques afin de se donner de la contenance ou de l’importance, ou incapables de transférer leurs connaissances acquises ailleurs pour le bien-être des populations africaines, en réalité de véritables perroquets diplômés, à ne point confondre avec les intellectuels, des personnes orgueilleuses, corrompues, égoïstes, individualistes

En clair, des personnes ne faisant point la fierté du continent noir, car agissant pour la plupart du temps comme des animaux féroces s’attaquant même à leurs propres gites, habitats, sources d’eau, de nourriture et enfants pour l’unique plaisir de l’ancien maitre afin de se maintenir au pouvoir à vie…

Comment pouvons-nous soutenir que le noir moderne est un modèle à suivre ou à magnifier lorsqu’il est incapable d’interpréter de lui-même les évènements ou les circonstances dans lesquelles il évolue, incapable de prendre sur lui la responsabilité d’apporter la contradiction intellectuelle et pertinente au Maitre d’hier, car vivant encore dans une psychose permanente d’une répression brutale ou dans la psychose constante de perdre ses intérêts ou sa fortune ou son statut social ou politique, choses acquises frauduleusement ou par les soins de l’ancien maitre ?

En d’autres termes, le noir moderne ne pose aucune menace pour le maitre contrôlant tout autour de lui et du noir, décide seul de l’orientation des politiques concernant le noir (résolutions onusiennes), tant au niveau politique, social, économique et militaire, lui donnant aussi la fausse impression d’appartenir à une certaine Elite internationale pour grands décideurs (états africains figurant parmi les états indépendants et souverains de l’ONU), mais en réalité encore et toujours considérés comme des territoires occidentaux ou des protectorats occidentaux (absence de souveraineté, d’indépendance politique, économique, alimentaire, académique et militaire) et leurs populations considérées comme des « nègres, des primates, des descendants de primates, des indigènes » ou des commodités jetables ou remplaçables (génocides, massacres des populations et assassinats des leaders politiques africains), voire des esclaves à vie (éternelle domination du noir et suprématie occidentale), selon le livre saint de cette fausse religion révélée, le Christianisme, en son livre de Genèse (premier livre), faisant d’un des descendants de Noé, Cham, l’esclave de ses frères, selon la volonté unique d’un ivrogne reconverti à la religion chrétienne pour ses soit disant talents de grand bâtisseur de barques et respectueux des lois divines( ?).

C’est cet instrument nocif, la religion dite révélée, qui est la véritable source de l’animalisation du noir, le réduisant au rang de primates ou de descendant de primates pour avaler toutes les toxines occidentales comme étant des paroles d’évangile. C’est le Christianisme qui dépeupla l’Afrique (plus de 45 millions de victimes) afin de construire l’Europe d’aujourd’hui et ce, avec l’approbation du seul leader religieux de l’époque, le Pape Nicolas V, le 8 janvier 1454.

 

[EXTRAIT DU LIVRE DE NICK DE BESSOU SUR LE PANAFRICANISME] :

Les mensonges des occidentaux : Religion, Civilisation et connaissances.

                                              1.1. La Religion et l’écriture.        

PEUT-ON ETRE AFRICAIN SANS LA RELIGION AFRICAINE ???

« Le drame des Africains, c'est de penser qu'ils sont Africains SANS LA RELIGION AFRICAINE. Ils veulent être Africains en étant chrétiens, musulmans, maçons, rosicruciens, orthodoxes, luthériens, bouddhistes et on n'en finit plus. Ils veulent être des Africains en caricaturant l'Afrique et en célébrant ce qui appartient au maître. Aussi sommes-nous séparés avant que nous engagions un quelconque débat sur l'avenir du continent noir. Aussi les autres nous divisent-ils dans les partis politiques, l'Union africaine, les enjeux planétaires, etc. Peux-t-on parler des Arabes sans l'islam? Des Juifs sans le rabbinisme? Des Occidentaux sans le christianisme ?

Des Asiatiques sans le bouddhisme, le confucianisme, le taoïsme? Il convient donc de dire qu'on ne peut être Africain sans assumer sa religion ancestrale, qui plus est, potentialise la Science elle-même, la Connaissance de la connaissance, la Sagesse que les religions de la foi (christianisme et islam), naguère incapables d'en décrypter le Sens et la Valeur, ont qualifiée de fétichiste. De ce point de vue, l'ignorance et l'inculture sont nos pires ennemis. » - Mbombog Mbog BASSONG.
 

Selon le Professeur Léandre Sahiri, Le Code Noir, P.58-59 :

« L’Evêque de Lyon

Majesté, la conversion est un changement complet d’orientation, une volte-face de l’être tout entier. L’être converti fait demi-tour pour marcher dans un autre chemin, comme les Thessaloniens. La conversion est absolument nécessaire : Jean 3, verset 6 à 8. La conversion, ce sera la « nouvelle naissance » des Nègres, sans laquelle ils n’entreront pas dans le « Royaume de Dieu » : Ezéchiel 18, verset 32 ; Esaïe 21, verset 12... C’est ce que les Anglais, les Espagnols, les Portugais, les Hollandais, ont fait avec les Indiens. Et, c’est ce que nous ferons… ».

« Le Marquis de Seignelay

 

Et puis, Majesté, ne sont pas en reste les raisons religieuses : Le préambule et les dix premiers articles tendent à proclamer et imposer la primauté, voire la prééminence de l’église catholique, apostolique et romaine ».

 

Qu’est-ce que c’est le CODE NOIR ?

Le code noir fut rédigé en 1668 sous le roi Louis XIV, souverain de France. La Bible de James (version anglaise) fut écrite après son reversement entre 1688 et 1701, alors en exil en France chez son cousin le roi Louis XIV.

La bible de James fut conçue de toutes pièces pendant la période de la traite négrière. En d’autres termes, cette bible est truffée de préjugés, de contre-vérités et d’apports personnels pour le bénéfice et la survie des monarchies européennes. De nos  jours, ces bibles telles de Louis Segond et James (Jacques) sont encore utilisées, étudiées à travers le monde. Elles sont considérées comme des références bibliques.

En d’autres termes, ces bibles continuent de véhiculer des idées esclavagistes, de soumission et de servitude. Elles continuent de distraire les convertis mais pire les éloignent de l’enseignement divin. En d’autres termes, les chrétiens qui fondent leur formation et connaissance sur ces bibles ne font point l’affaire de Dieu. Ils ne peuvent prétendent être des chrétiens encore moins prétendre accéder au Royaume de Dieu avec l’enseignement fourni par ces bibles. En réalité, ils n’ont jamais été convertis ou considérés comme des chrétiens au sens plein du mot.

Ce sont des religieux et des soumis sans plus !

Voilà pourquoi, il serait intéressant de se débarrasser de ces bibles et aller à la source, la Tora ou la bible messianique, entièrement inspirées quant à elles du papyrus ou de l’ancêtre des Livres Saints (période datant de l’après invasion indo-européenne [-545 Avant J.C] et aussi coïncidant avec la sortie des juifs de l’Egypte).

L’Afrique doit être délivrée de ses fausses croyances qui la perdent, la déshumanisent, la soumettent à la fausse suprématie blanche et au-delà à l’exploitation abusive de ses ressources naturelles. Jomo Kenyatta (ancien leader politique kenyan) soutenait ceci : «  Quand le blanc venait chez nous, il avait la bible et nous avions les terres. Aujourd’hui, nous avons la bible et eux ont nos terres ».

[Les vraies raisons de la présence du Christianisme en Afrique : Deux raisons parmi les 11 connues]
 

  1. Coloniser au nom de Dieu.

"Nous avions jadis, par de précédentes lettres, concédé au Roi Alphonse, entre autres choses, la faculté pleine et entière d’attaquer, de conquérir, de vaincre, de réduire et de soumettre tous les sarrasins (nègres), païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient, avec leurs royaumes, duchés, principautés, domaines, propriétés, meubles et immeubles, tous les biens par eux détenus et possédés, de réduire leurs personnes en servitude perpétuelle (...) de s’attribuer et faire servir à usage et utilité ces dits royaumes, duchés, contrés, principautés, propriétés, possessions et biens de ces infidèles sarrasins (nègres) et païens (...) Beaucoup de Guinéens et d’autres Noirs qui avaient été capturés, certains aussi échangés contre des marchandises non prohibées ou achetés sous quelque autre contrat de vente régulier, furent envoyé dans les dits Royaumes (Amérique, Antilles...)".

Extrait de la Bulle papale du Pape Nicolas V, 8 janvier 1454

 2 - Coloniser pour doper l’économie :

 "J’étais hier dans l’East-End (quartier ouvrier de Londres), et j’ai assisté à une réunion de sans-travail. J’y ai entendu des discours forcenés. Ce n’était qu’un cri. Du pain ! Du pain ! Revivant toute la scène en rentrant chez moi, je me sentis encore plus convaincu qu’avant de l’importance de l’impérialisme... L’idée qui me tient le plus à cœur, c’est la solution au problème social : pour sauver les quarante millions d’habitants du Royaume-Uni d’une guerre civile meurtrière, nous les colonisateurs, devons conquérir des terres nouvelles afin d’y installer l’excédent de notre population, d’y trouver de nouveaux débouchés pour les produits de nos fabriques et de nos mines. L’Empire, ai-je toujours dit, est une question de ventre. Si vous voulez éviter la guerre civile, il faut devenir impérialiste."

Extrait du journal Neue Zeit de Cécil Rhodes, Premier ministre du Cap, 1898.

 

Les religions révélées fondées sur le Christianisme ou judaïsme, sont des pures inventions occidentales. Elles proviennent du IVe siècle, période de règne de l’empereur Romain Constantin.

 

L’Empereur Constantin ou Flauius Valerius Aurelius Constantinus (27 février 272 au 22 mai 337) fut le véritable artisan des religions révélées. Il fut à l’origine de la mise à l’écart de la loi divine ou tradition juive et de la création d’une nouvelle loi  humaine fondée sur la philosophie gréco –romaine. Les religions révélées ne sont pas le fruit de la volonté divine telle qu’elle est pratiquée par les juifs de nos jours mais plutôt de la volonté manifeste d’un individu tentant politiquement de s’imposer et imposer sa vision religieuse.

 

Dès cet instant, une nouvelle Bible vit le jour, truffée de contre-vérités, de passages religieux faisant le culte de la personnalité ou de la domination romaine et des fêtes religieuses en déphasage total avec la loi divine. Des livres de Genèse à Apocalypse, les écritures divines furent manipulées pour introduire des pensées humaines. C’est donc cette Bible qui servit d’instrument pour l’Eglise Catholique afin de favoriser la traite négrière. C’est cette même Bible dont se servirent les esclavagistes pour prétendre nous apporter la religion et la civilisation.

1.2. L’origine de la religion.

Pendant longtemps, les occidentaux nous ont fait croire que les religions révélées sont des religions divines, fondées sur l’enseignement ou la loi divine. La révélation veut dire qu’il n’y eut pas d’autres religions avant celles-là (Judaïsme, Christianisme, Islam). Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam sont dites religions révélées. Elles prétendent avoir la révélation divine et s’autoproclament les vraies et uniques religions. Cependant, toutes ces religions ont leur fondation ou origine dans la religion africaine des temps pharaoniques.

La civilisation africaine pharaonique fut la première et la plus vieille des civilisations.

Toute civilisation ne peut exister sans avoir sa religion, sa tradition, sa culture, son écriture et même sa philosophie. Dire que l’Afrique pharaonique n’avait aucune religion dite révélée, serait nier à tout un peuple, une race, son histoire, sa civilisation, son existence.

La religion révélée, c’est-à-dire la religion qui reconnait l’existence de la divinité, le monothéisme, a vu le jour en Afrique. Le véritable nom de Dieu est Amen ou Amon.

Ce nom s’attache à certains noms de pharaons soit pour bénéficier de la protection d’Amon ou pour servir d’intermédiaire entre Amon et le peuple. Une sorte de prophète-souverain.

L’origine des religions dites révélées prend sa source dans la vallée du Nil (Civilisation africaine pharaonique). Selon  Wikipédia : « Amon est l’une des principales divinités du panthéon égyptien et du panthéon berbère, dieu de Thèbes. Son nom Imen, « le Caché » ou « l’Inconnaissable », traduit l’impossibilité de connaître sa « vraie » forme, car il se révèle sous de nombreux aspects. Il est Imen achâ renou, « Amon aux noms multiples ». Amon est aussi connu sous le nom d’Amen, Imem, Iman, Amin. Les juifs l’appellent Yahvé, Adonaï, Elohim, El Shaddaï et l’Amen ».

Amon n’est pas l’une des principales divinités mais la seule et vraie divinité pharaonique. La trinité au temps pharaonique fut représentée par Horus (Le Dieu Faucon), Isis (Déesse protectrice et salvatrice) et d’Osiris (Dieu du Panthéon Egyptien et Roi de la mythologie égyptienne). La trinité est la référence faite dans la Bible, parlant de Babylon, ou des païens. Amon signifie le caché, créateur de l’univers, source cachée de toutes les bénédictions et de toute la création. Amon est le Dieu unique.

Nos ancêtres de la vallée du Nil reconnaissaient déjà l’existence d’une puissante source, un être suprême, unique, donc le monothéisme. Dans les textes pharaoniques de nos ancêtres ou « Doua en Imem » ou (Louange à Amon), il était révélé qu’Amon est unique et est caché pour eux. Les prières étaient adressées à Amon, le Dieu unique.

Il existe des références à Amon ou le Dieu Unique dans toutes les langues africaines, et ceci bien avant l’arrivée des envahisseurs indo-européens du VIIè siècle et des colons de 1885 (suite à la Conférence de Berlin 1884-1885).

Ainsi le Dieu unique est Zambé en Lingala (RDC ou Congo-Kinshasa), Lagô (Peuple bété, Sud-Ouest de la Côte D’Ivoire), Gnamien (Peuple Akan, Centre de la Côte D’Ivoire et chez les peuples Fanti et Ashanti du Ghana), Gnonssia (Peuples Wê, Ouest de la Côte D’Ivoire)… Il est très important de le souligner au passage afin de balayer ces fausses thèses de religions révélées transportées ou imposées aux africains.

Les  africains embrassèrent ces religions  étrangères uniquement parce qu’ils s’y reconnaissaient ou reconnaissaient des passages ou des personnages tels racontés ou contés au clair de lune pendant des générations. Ainsi, nos ancêtres ou parents connaissaient déjà l’histoire d’Osiris et sa résurrection. Il fut facilement reconnu à travers les prouesses décrites d’un personnage biblique, en l’occurrence Jésus-Christ de Nazareth.

En clair, L’histoire d’Osiris fut malicieusement attribuée à Jésus-Christ, une invention gréco-romaine afin de distraire les africains et les soumettre entièrement.

Ce fut encore le même cas d’Aton, dont la légende fut attribuée à David.

En d’autres termes, le colon ou l’envahisseur a conservé l’image des personnages africains tout en les blanchissant, facilitant la pénétration du christianisme en Afrique, et expliquant du coup pourquoi seuls les africains sont encore foncièrement attachés aux religions dites révélées.

C’est justement parce que c’est leur propre chose ou héritage culturel, qu’ils y sont encore attachés et non par pure volonté de rejeter tout de leur propre histoire ou pratiques ancestrales afin d’imposer des religions étrangères en Afrique.

Le succès des religions occidentales en Afrique est en grande partie dû à la transformation et la codification des papyrus volés ou pillés ou emportés par les premiers envahisseurs indo-européens, afin de les présenter sous formes de livres saints (Bible, Tora, Talmud, Coran). Vous retrouverez aussi les mêmes personnages partout à savoir Jésus-Christ (Issa chez les musulmans et Yershova chez les juifs), Marie (Mariam), Moïse (Moussa chez les musulmans et Moshe chez les juifs) etc.

Le Coran s’est lui-même inspiré de la Torah, dès le départ d’Agar, la soit disant servante de Sarah (en réalité la seconde épouse d’Abraham, un « don » du Pharaon, lors du passage de celui-ci en Egypte), mère de l’héritier du père de la multitude, Ismaël, fils d’Abraham et frère ainé d’Isaac, (père de la branche rabbinique ou père du Judaïsme). Il est important de le souligner au passage.

Dans la tradition Rabbinique, le Talmud explique que le terme Amen signifie « Dieu, roi en qui l’on place sa confiance ». Il est aussi défini comme la source de toutes les bénédictions qui arrivent à Israël. Dans le livre d’Apocalypse au chapitre 3, verset 4 : « Ainsi parle l’Amen, le témoin fidèle et vrai, le principe de la création de Dieu ».

Dieu ou Amen est le principe à l’origine de la création de tout. Amon est donc le principe à l’origine de la création de tout. Les africains furent les premiers à découvrir Dieu ou mieux Dieu s’est révélé aux africains les premiers. Il ne pouvait pas en être autrement, l’Afrique est le berceau de l’humanité et la source de toute civilisation.

Amen ou Amin ne veut donc pas dire « ainsi soit-il » ou « c’est ma foi » après des prières ou invocations. Par exemple « ainsi soit-il », chez les arabes se traduit « inchallah » et non « Amin ». Les religions dites révélées ajoutent à toutes prières Amen ou Amin afin de prendre Amon Ou Dieu a témoin et afin qu’il exauce leurs prières. Par exemple Amenhotep III (Amon est satisfait) ou Toutânkhamon (Image vivante d’Amon). Donc Amon veut dire Dieu, le souverain. Amen et Amin furent des mots empruntés à l’Afrique. Il n’a jamais existé de mots pareils dans les langues occidentales ou l’arabe. Ces mots signifient autre chose dans ces langues.

Ils ne signifient pas Dieu !

Certains pharaons avaient eu le privilège de porter le nom d’Amon soit pour leur reconnaissance, gratitude ou protection. Je vous propose le nom des pharaons bénéficiaires du nom d’Amon :

Tableau 1 :

Pharaon

Dynastie

Période

Mérienhor Neferkamin (Menrenhor)

VIIe

1ere Période intermédiaire

Neferkamin

VIIIe

1ere Période intermédiaire

Neferkamin Anou

XIIe

Moyen empire

Amenemhat I

XIVe Dynastie Hyksôs

IIe période intermédiaire

Amenemhat II

XIVe Dynastie Hyksôs

IIe période intermédiaire

Amenemhat III

XIVe Dynastie Hyksôs

IIe période intermédiaire

Amenemhat IV

XIVe Dynastie Hyksôs

IIe période intermédiaire

Amenemhat V

XVIIIe

Nouvel empire

Amenemhat VI

XVIIIe

Nouvel empire

Amenemhat VII

XVIIIe

Nouvel empire

Amenhotep I (Djéserkarê Amenhotep)

XVIIIe

Nouvel empire

Amenhotep II (Âakhépérourê Amenhotep)

XVIIIe

Nouvel empire

Amenhotep III (Nebmaâtrê Amenhotep)

XVIIIe

Nouvel empire

Amenhotep IV (Neferkhépérourê Amenhotep)

XVIIIe

Nouvel empire

Toutânkhamon

XVIIIe

Nouvel empire

Amenemnesout

XXIe Dynastie de Tanis

IIIe période intermédiaire

Roudamon

Dynastie des grands prêtres d’Amon

IIIe période

Tanoutamon (Tantamani)

XXVe Dynastie Koushite

Basse époque

 

 

 

 

Tous les pharaons n’avaient pas le privilège de porter le nom d’Amen ou Amin ou Amon. Les pharaons étaient considérés comme des demi-dieux sur terre, des prophètes-souverains. Selon Wikipédia, le terme pharaon désigne les souverains d'Égypte durant l'Antiquité égyptienne.

Le pharaon était à la fois l'administrateur principal, le chef des armées, le premier magistrat et le prêtre suprême de l'Égypte antique. Il est le fils de .

Dans la bible, 6 pharaons furent mentionnés. Dans le livre de Genèse, le pharaon qu’Abraham rencontre à sa descente en Egypte avec son épouse et celui que rencontrèrent Joseph et ses frères. Deux autres pharaons furent encore mentionnés dans le livre d’Exode : Celui de la naissance et du mariage de Moïse, qui mourut au verset 2,23 et celui de la sortie d’Egypte emmenée par le même Moïse. D’autres pharaons furent aussi mentionnés dans les livres des Rois et le livre de Jérémie. Les occidentaux ont tendance à assimiler pharaon à une institution ou grande maison, traduction littérale de l’Egypte ancienne. Pour les égyptiens, pharaon signifie ROI.

Selon Wikipédia, Amon serait d’abord dieu local de Thèbes, l'accession de la XIe dynastie d'origine thébaine et plus particulièrement des Amenemhat (« Imen est en tête ») de la XIIe dynastie fera de lui le roi des dieux, « seigneur des trônes du Double Pays ».

Pendant la XVIIIe dynastie, Amon devient la divinité nationale par excellence, l’unificateur de l’Égypte qui a permis la victoire d'Ahmôsis sur les envahisseurs Hyksôs. Il est alors associé à , dieu Soleil d’Héliopolis, et devient le dieu cosmique Amon-Rê, « l’éternel, le seigneur de Karnak, créateur de ce qui existe, maître de tout, établi durablement en toutes choses ». Il est dit aussi que « Les dieux se prosternent à ses pieds tels des chiens quand ils reconnaissent la présence de leur seigneur ».

Il est aussi associé à Min, dieu de Coptos sous le nom Amon-Min dans lequel il s'incarne en divinité de la fécondité. Avec Mout et Khonsou, il forme une triade adorée à Karnak. Il compose enfin avec et Ptah le groupe des trois grands dieux égyptiens.

À côté de cet Amon dynastique, inaccessible au commun des mortels, il existe un Amon ressenti comme moins distant et prêtant une oreille attentive aux pauvres, aux malades et aux femmes enceintes, qui peuvent l’approcher lors des grandes festivités religieuses dont la fête d'Opet qui voyait la procession des barques sacrés de la triade thébaine (Amon, Mout et Khonsou) de Karnak à Louxor.

C'est à l'époque archaïque grecque que l'Amon égyptien est assimilé à la divinité grecque Zeus. Ce sont les Cyrénéens qui le feront connaître au monde grec en tant que Ammon-Zeus. Son sanctuaire oraculaire à l'oasis de Siwa, est le troisième en importance après Delphes (consacré à Apollon) et Dodone (consacré à Zeus). Alexandre le Grand s'y fit proclamer fils d'Ammon-Zeus en -331.

Les occidentaux essayent tant bien que mal à vulgariser Amon ou l’unique Dieu comme étant plutôt une croyance païenne et donc niant à l’Afrique toute religion révélée. La religion africaine n’était pas du tout païenne  Elle est monothéiste.

Les africains reconnaissent uniquement Amon comme le Dieu invisible, omniprésent, omniscient, parfait, le créateur des cieux et de l’univers, le créateur des hommes, des bêtes sauvages et domestiques. Amon est considéré comme le Dieu suprême et les autres Dieux comme ses enfants ou collaborateurs (Massaï).

 

[L’Afrique est devenue ce qu’elle est de nos jours après l’invasion indo-européenne du VIIè siècle ou -545 Avant J.C.]

 

Le continent noir fut le premier des continents à conquérir le reste du monde. Les vestiges et certains peuples de descendance africaine sont encore présents dans le reste du monde, et ce entre 50 000 et 100 000 ans Avant J.C, comme c’est le cas de Négritos de la Taïwan,  Thaïlande, des Philippines, de la Chine, du Japon, des Négritos de l’Amérique du Sud, des Aborigènes de l’Australie ou des Dravidiens (peuples noirs de l’Inde, du Sri Lanka…).

« Les peuples dravidiens, également Dravidiens sont les termes utilisés pour désigner les différents peuples non aryens et non himalayens en Inde. Ces personnes parlent des langues dravidiennes et sont mis en opposition aux ethnies du nord de l'Inde et de l'influence occidentale qui y règne. Vingt-six langues dravidiennes sont recensées concernant plus de 250 millions de personnes. Deux exceptions existent pour le nord, une peuplade afghano-pakistanaise et une népalaise. D'autres locuteurs de la langue dravidienne se trouvent au Sri Lanka. Les plus grands peuples dravidiens (30-70 millions chacun) sont les Telougous, les Tamouls, les Kannadigas et les Malayalis. Il existe de plus petites communautés (1 à 5 millions de locuteurs) au Pakistan et dans le centre de l'Inde.

Origine

Le terme « dravidien » est construit sur le mot sanscrit « drâvida », qui désigne le peuple occupant le sud de l'Inde et plus particulièrement l'extrême-sud.

Ce mot présente pour variantes « dramila » et « damila », qui ne sont autres que le nom « tamil » (qui signifie « harmonieux » en s'appliquant à la langue) ; « tamoul » est une forme francisé d'une variante populaire de la prononciation du mot Tamil » - Source Wikipédia.

 

En d’autres termes, la toute première communauté humaine fut celle des noirs africains. Ce furent les noirs, les premiers administrateurs de notre univers, les premiers souverains, les premiers éducateurs (Memphis, la capitale de l’Egypte pharaonique reçut la visite d’étudiants grecs, tels Pythagore, Thalès et bien d’autres pendant des décennies pour leur éducation académique, faisant aujourd’hui la fierté  des occidentaux et le seul repère  historique de cette race).

Ainsi l’africain moderne doit apprendre tout sur son véritable passé (éducation pertinente) plutôt que de se contenter des résidus d’informations contenus çà et là dans ces ouvrages occidentaux ou des journaux occidentaux (système éducatif occidental) afin d’éviter de tomber dans la logique nocive occidentale consistant à soutenir des idioties erronées et suprématistes du genre « Tout ce qui vient du noir est mauvais ou encore le noir est l’image du diable en personne ou que les blancs sont blancs comme neige, donc au-delà de tout reproche… ».

Qui est Amon ou Dieu ? Les Occidentaux connaissent-ils réellement Amon ou Dieu ? Peuvent-ils interpréter ses moadim ou lois telles prescrites ?

Les occidentaux ont-ils réellement traduit en actes les préceptes divins enseignés à Osiris, préceptes représentés dans le Livre de Mathieu 22 : 34-40 :

« 22.34

Les pharisiens, ayant appris qu'il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent,

22.35

et l'un d'eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l'éprouver:

22.36

Maître, quel est le plus grand commandement de la loi?

22.37

Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.

22.38

C'est le premier et le plus grand commandement.

22.39

Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

22.40

De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes ».

Notre univers est-il l’expression manifeste de la volonté d’Amon ? Sommes-nous dans un univers stable, en paix et en harmonie avec le Créateur ?

Aimons-nous les uns et les autres ?

Existe-t-il une parfaite cohésion sociale et raciale, malgré la présence pléthorique des leaders religieux de toutes confessions ?

Connaissent-ils réellement Dieu ou sa philosophie ? L’appliquent-ils réellement dans les millions de temples d’adoration à travers le monde ?

Que font-ils du précepte du « Bon Samaritain » à l’endroit des populations africaines broyant du noir depuis des siècles et vivant dans une pauvreté abjecte ?

Pourquoi ne partagent-ils pas 1/10 de leurs ressources avec les pauvres comme cela est établi par Dieu lui-même ?

Pourquoi le Vatican ou Djeddah (Mecque) ne partagent-ils pas un dixième de leur fortune amassée pendant des siècles avec les états africains les plus démunis de notre planète ? Où vont-elles ces offrandes et autres dimes ?

Pourquoi les africains doivent-ils attendre de bénéficier de leur fortune après leur mort physique pendant que les autres races jouissent de leurs fortunes sur terre ? Existe-t-il un Paradis pour Noirs et un autre pour les autres ?

Connaissent-ils réellement Amon, ces soit disant concepteurs des religions dites révélées ?

Qui est Amon ?

Il est aussi associé à Min, dieu de Coptos sous le nom Amon-Min dans lequel il s'incarne en divinité de la fécondité. Avec Mout et Khonsou, il forme une triade adorée à Karnak. Il compose enfin avec et Ptah le groupe des trois grands dieux égyptiens.

À côté de cet Amon dynastique, inaccessible au commun des mortels, il existe un Amon ressenti comme moins distant et prêtant une oreille attentive aux pauvres, aux malades et aux femmes enceintes, qui peuvent l’approcher lors des grandes festivités religieuses dont la fête d'Opet qui voyait la procession des barques sacrés de la triade thébaine (Amon, Mout et Khonsou) de Karnak à Louxor.

C'est à l'époque archaïque grecque que l'Amon égyptien est assimilé à la divinité grecque Zeus. Ce sont les Cyrénéens qui le feront connaître au monde grec en tant que Ammon-Zeus. Son sanctuaire oraculaire à l'oasis de Siwa, est le troisième en importance après Delphes (consacré à Apollon) et Dodone (consacré à Zeus). Alexandre le Grand s'y fit proclamer fils d'Ammon-Zeus en -331.

Les occidentaux essayent tant bien que mal à vulgariser Amon ou l’unique Dieu comme étant plutôt une croyance païenne et donc niant à l’Afrique toute religion révélée. La religion africaine n’était pas du tout païenne  Elle est monothéiste. Les africains reconnaissent uniquement Amon comme le Dieu invisible, omniprésent, omniscient, parfait, le créateur des cieux et de l’univers, le créateur des hommes,  des bêtes sauvages et domestiques. Amon est considéré comme le Dieu suprême et les autres Dieux comme ses enfants ou collaborateurs.

Pour les africains, il fallait passer par ces Dieux ou prêtres pour avoir accès à Amon. Avant de voir le patron d’une compagnie, l’on passe la sécurité, ensuite la secrétaire avant d’accéder au Directeur. C’était donc la même chose. Cela ne voulait en aucun cas dire que les africains adoraient plusieurs Dieux ou qu’ils furent des païens ou idolâtres ou Kafir.

La religion monothéiste africaine vit le jour longtemps avant la naissance de Jésus et du prophète Mahomet.

La révélation veut dire que le Christianisme, Judaïsme et l’Islam sont les premières et seules religions à connaitre et à avoir connu Dieu parce qu’il (Amon ou Dieu) s’est révélé à ceux qui se considèrent comme les fondateurs de ces religions révélées (Jésus et Mahomet).

C’est aussi prétendre qu’avant ces religions, personne d’autre ne connaissait Dieu dans ce monde et qu’elles n’ont rien copié ou rien reçu des autres traditions religieuses, si ce n’est que Dieu lui-même. Partant de cette fausse prétention, ces soit disant religions révélées osent accuser les africains de païens, d’idolâtres et de kafir.

Les recherches archéologiques et scientifiques montrent que ces religions n’ont pas été créées à ces époques reculées. Rien ne confirme leur existence à cette époque ou moment ou avant la tradition religieuse pharaonique. En réalité, elles le sont sur la base du plagiat et d’emprunts massifs à la spiritualité influente à cette époque : La civilisation africaine pharaonique.

Ces européens (grecs et romains) furent des païens, des sauvages, vivant encore au temps de la pierre taillée. Ils n’avaient aucune culture propre à eux, aucune religion, aucune civilisation. Ils furent des esclaves dans les palais pharaoniques longtemps avant leur éveil et domination en Europe. Ils ont tout appris en Egypte. De la religion à l’écriture jusqu’ aux sciences.

Selon le professeur d’économie Nicolas Agbohou in Le Franc CFA et l’Euro contre l’Afrique  p.185-186: « L’archéologie moderne est une science exacte dont la rigueur inflexible conduit naturellement les égyptologues de bonne foi vers la même conclusion incontestable selon laquelle la brillante civilisation de l’Egypte ancienne est une invention des peuples noirs d’Afrique.

A ce propos, quelques chercheurs célèbres dans le monde méritent d’être cités pour dissiper tout doute et ouvrir des champs d’investigation sur ce sujet :

1) le savant grec HERODOTE, témoin oculaire, atteste « les anciens égyptiens ont la peau noire et crépus les cheveux ».

Dans la conclusion de ses travaux, Suret-Canale écrit : «  il y a, et il y eut en Egypte des éléments noirs et même, probablement des dynasties noires qui régnèrent sur l’Egypte blanche. »

Lorsqu’il est venu en Egypte, en pleine période de l’esclavage du nègre (1783-1784), Constantin-François Chasseboeuf, Comte de VOLNEY a eu beaucoup de courage moral et intellectuel pour se détacher des préjugés de son temps concernant la race noire. Il a reconnu sans ambages aucun la négritude du sphinx de Guizet taillé en plein roc, avec dix-sept mètres de haut et trente-neuf mètres de long. En effet, selon VOLNEY, les anciens Egyptiens sont des coptes appartenant à la race noire d’Afrique. Il écrit à ce propos :

« J’ai pris un soin particulier de me défaire des exagérations des voyageurs, et de conserver mes impressions premières, pour donner à mes récits le seul mérite qu’ils puissent avoir, celui de la vérité.

On prétend que le nom des coptes leur vient de la ville de Coptos (…) mais, je lui crois une origine plus naturelle et plus ancienne.

Et il est un fait singulier qui rend cette acception encore plus probable. En considérant le visage de beaucoup d’individus de cette race (copte), j’y ai trouvé un caractère particulier qui a fixé mon attention : tous ont un ton de peau jaunâtre et fumeux qui n’est ni grec, ni arabe, tous ont le visage bouffi, l’œil gonflé, le nez écrasé, la lèvre grosse ; en un mot, une vraie figure de mulâtre.

En voyant cette tête caractérisée NEGRE dans tous ses traits, je me rappelai ce passage remarquable d’HERODOTE, où il dit : «  Pour moi, j’estime que les Colches sont une colonie des Egyptiens, parce que, comme eux, ils ont la peau noire et les cheveux crépus…. C’est -à-dire que les anciens Egyptiens étaient de vrais nègres de l’espèce de tous les naturels d’Afrique ».

Il est très important de souligner que la plus grande pyramide d’Egypte fut construite sous le règne de l’Africain noir CHEOPS de la deuxième dynastie Egyptienne (2590-2567). Aussi, l’Egypte fut la source de toutes les connaissances. Nombreux furent les grecs qui s’abreuvèrent à la source généreuse et intarissable qui fut l’Egypte pharaonique.

Toujours selon le Professeur Nicolas Agbohou : « (…) Tous ces faits historiques concrets, toujours vérifiables en Egypte, ont permis au Français Jean-François Champillion d’ouvrir solennellement le 10 mai1831 au Collège de France  le premier enseignement de l’égyptologie dont il est le fondateur : «  L’interprétation des monuments de l’Egypte mettra encore mieux en évidence l’origine égyptienne des sciences et des principales doctrines philosophiques de la Grèce ; l’école Platonicienne n’est que l’égyptianisme, sorti des sanctuaires de Saïs ». Autrement dit, « l’Egypte devint une école ou allèrent s’instruire les législateurs de la Grèce, les réformateurs de son culte et surtout les Hellènes d’Europe ou d’Asie, qui hâtèrent le développement de la société grecque et de la philosophie ».

Le Grec STRABON partage parfaitement ce point de vue. Car, accompagné d’autres Grecs avides du savoir, il s’est rendu en Egypte.

Il y a vu et touché personnellement les traces visibles laissées par ses prédécesseurs PLATON et EUDOXE, deux des plus célèbres mathématiciens grecs, instruits pendant des années par les prêtres nègres égyptiens.

Les témoignages oculaires suivants sont sans équivoque : «  Nous y avons vu des édifices consacrés jadis au logement des prêtres ; mais ce n’est pas tout. On nous montra aussi la demeure de PLATON et d’EUDOXE.

Car, EUDOXE avait accompagné PLATON jusqu’ici. Arrivés à Héliopolis, ils se fixèrent et tous deux vécurent la treize ans dans la société des prêtres ; le fait est affirmé par plusieurs auteurs ».

Biyogo précise à ce sujet que « PLATON a été instruit par le prêtre SEKHUNUPHIS du temple d’Héliopolis et par le prêtre KHUPHIS à Memphis ».

L’occident n’avait aucune culture, aucun repère historique. Il lui fallut envoyer ces citoyens en Egypte pour s’instruire, s’éduquer, se former et se transformer. Ce sont ces occidentaux, qui pendant leurs nombreux voyages à la recherche du savoir, qui ont exporté la civilisation et la connaissance à leurs peuples. C’est lors de ces voyages que la tradition religieuse africaine fut exportée en occident puis transformée et enfin manipulée pour produire la Bible actuelle.

L’occident ne connaissait pas l’existence de Dieu ! L’occident ne sait toujours rien de Dieu !

L’occident fut et est toujours foncièrement attaché au satanisme, au fétichisme, à la bestialité, la zoophilie, la pédophilie, l’homosexualité, le mysticisme (pratiques sévèrement condamnées par Amon ou Dieu, voir Livre de Genèse), comme l’a si bien démontré l’auteur britannique, J K Rowland, du livre, ayant servi de suppôts pour plusieurs productions cinématographiques « Harry Potter ».

Ils sont encore attachés au satanisme et magnifient tout ce qui s’apparente au mysticisme ou à la célébration de leur Dieu, Lucifer, Dieu-Ange de la Mort, qu’ils célèbrent religieusement en Octobre, aussi appelé Halloween !

Dieu est pour la vie éternelle et ne saurait cautionner la célébration de la Mort comme un évènement réjouissant.

D’ailleurs, Amon ou Dieu a pris la ferme décision ou résolution de physiquement éliminer Satan et la Mort afin que son Royaume et ses créatures puissent vivent éternellement : Révélations 20 : 10-15 :

« 20.10

Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles.

20.11

Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux.

20.12

Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres.

20.13

La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux; et chacun fut jugé selon ses œuvres.

20.14

Et la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu.

20.15

Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu ».

 

Voilà qui est ainsi clair ! Aussi, Amon continue d’observer ces créatures et autres disciples de Mammon ou Satan en leur promettant ceci :

Révélations 21 :7-8 :

« 21.7

Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils.

21.8

Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort ».

 

Comment un Peuple qui n’a aucune notion de la divinité unique même après leur invention de divinités grecques (Zeus, Apollon et autres divinités mortes depuis belle lurette car incapables de sauver la Grèce actuelle de son état ou statut de pays du tiers-monde au sein de l’Union Européenne, croupissant sous le poids énorme de dettes et s’apprêtant à faire son exit de l’Union), un peuple sans repère historique à part celui faussement attribué aux grecs, eux-mêmes inspirés des noirs africains, un peuple sans culture, sans civilisation, sans repère historique, sans connaissance de Divinité unique, puisse prétendre apporter la civilisation et la religion aux véritables peuples qui leur ont révélé toutes ces choses-là ?

Est-ce un cas de mémoire sélective ou l’expression d’une amnésie partielle ou sélective ou partisane ou l’expression manifeste d’une malhonnêteté intellectuelle ?

Dans tous les cas de figures, que peut-on espérer d’un peuple vénérant uniquement une fausse divinité, incarnation de la déception, mythomanie, vantardise, égoïsme, vanité, orgueil, belligérant, foncièrement méchant, meurtrier, esclavagiste, envieux, maladivement jaloux et de surcroit ne maitrisant point sa propre existence car aussi vulnérable et mortel comme ses propres disciples et autres associés, sorciers et apprenti-sorciers (Merlin et autres soit disant illuminati) ?

Révélations 21 : 7-8 :

« 21.7

Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils.

21.8

Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort ».

 

Qui est réellement le Caucasien, celui qui prétend de nos jours être le Maitre de notre univers ? Était-il un Leader-né ou un Esclave selon l’unique volonté d’Amon ?

D’où tire-t-il sa fausse connaissance et sa fausse supériorité ?

Quel genre de personne est-il réellement ?

Est un homme de Dieu ou un serviteur de Dieu ou un Disciple de Mammon ou de Lucifer ?

Est-il pour l’Amour de son prochain, la vie éternelle et l’esprit communautaire comme le souhaite ardemment Amon ou Dieu ou pour la Haine, la Mort et l’esprit individualiste ou sectaire ?

[Qui est réellement le Caucasien ?]

C’était un peuple sauvage, inculte, païen et barbare. Prétendre apporter la civilisation au peuple qui vous l’a enseignée en premier lieu fut le plus gros mensonge des occidentaux, une véritable malhonnêteté intellectuelle transformée en vérité absolue. Les occidentaux veulent se donner de la contenance alors que les faits historiques sont têtus. C’est le cas de nos jours où la musique afro-américaine le RAP devient progressivement une musique urbaine.

En d’autres termes, l’on arrache aux noirs leur invention pour se l’approprier. Nombreux sont les blancs qui font du RAP et du Jazz au lieu de faire de la musique classique. Toutes ou presque toutes les inventions des noirs sont récupérées par les occidentaux qui les transforment et s’attribuent la paternité. C’est un peuple sans foi ni loi. Un peuple paresseux, vivant aux crochets des autres. Cependant, ce peuple a le culot de se présenter comme supérieur aux autres, en tout et en maitre.

Dans la dialectique du maitre et de l’esclave, le véritable maitre est l’esclave. Car le maitre s’accroche désespérément à ses crochets. Les africains sont et demeurent les véritables maitres de cet univers. Ce fut le cas depuis la nuit des temps et c’est encore le cas de nos jours.

Les occidentaux ne sont rien sans l’Afrique et ses richesses naturelles. Par conséquent, les occidentaux sont nos esclaves des temps modernes. Ils en sont conscients et nous devons les traiter ainsi].

En clair, voilà exactement la vérité que les occidentaux qui vous aiment tant plus que leurs propres populations vous voilent à travers les livres d’histoire et d’anthropologie, faisant plutôt la promotion erronée d’une civilisation qui ne fut jamais !

Ce lavage de cerveau a fini par transformer même les plus intelligents ou les intellectuels africains en de véritables esclaves culturels, prenant ou absorbant tout de l’occident comme étant l’unique et la seule vérité.

Cependant, nous avons une question ! : Comment un individu qui vous aime tant depuis des siècles vous maintient dans la servitude permanente, l’esclavage forcé et permanent, l’esclavage culturel permanent, la pauvreté abjecte à perpétuité et finalement vous force à vous renier vous-mêmes, en tant qu’entité culturelle, politique et souveraine, puisse encore avoir votre quitus de nos jours ?

Est-ce par reflexe mécanique ou automatique comme des robots donc des humanoïdes répondant uniquement aux commandes de leur créateur ou par pure psychose innée ou pour la préservation de leur propre vie ?

Toujours est-il que le noir de nos jours n’est point prêt à apporter une quelconque contradiction courageuse, ambitieuse, responsable, digne, intellectuelle et pertinente au Maitre d’hier, même lorsqu’il découvre enfin la vérité.

C’est cela le véritable cancer rongeant le noir de l’intérieur, alors que ce cancer peut être prévenu ou totalement circonscrit !

L’aliénation culturelle et la psychose innée ont fini par convaincre le noir moderne qu’il est « inutile, incapable de s’affirmer sans les autres ou même de faire preuve d’ingéniosité ou de faire montre de génie intellectuel ou industriel ou technologique ».

Eh bien, ceci est absolument faux et grossièrement erroné !

La couleur de la peau ne fait point ou ne détermine point l’intelligence d’une personne ou d’un individu. Autant il y a des idiots africains, autant il existe des idiots occidentaux. L’intellect ou le libre arbitre est un travail individuel exigeant des exercices réguliers du mental en tenant compte des activités ou de l’expérience de tout un chacun. L’intellect tend toujours à compenser le vide, car la nature a horreur du vide.

C’est justement parce que les distances à parcourir et pour relier certaines villes et pays reculés, ont fini par convaincre les premiers constructeurs d’automobiles et d’avions à les penser, les concevoir et les réaliser afin de réduire les distances et faire gagner du temps à tout le monde.

Aussi tout ce qui se construit peut aussi servir de base pour la construction ou l’invention de certains outils ou choses nécessaires pour notre communauté ou notre bien-être. Par exemple, l’avion fut d’abord pour réduire les distances. Plus tard il est devenu commercial. De nos jours, les avions sont militarisés ou même utilisés pour visiter d’autres planètes.

C’est cela le génie intellectuel des hommes et les africains furent les premiers hier et encore les premiers de nos jours, à faire montre de leurs talents innés, legs divins, car premières créatures, premiers souverains, premiers éducateurs et surtout héritiers naturels de tout notre univers, selon l’unique volonté d’Amon ou de Dieu.

Si les choses ne sont point comme elles sont censées l’être (selon la volonté d’Amon), il vous faut remonter à la période d’invasion indo-européenne du VIIe siècle ou pour ceux qui s’essayent à la religion, au Livre de Genèse afin de mieux appréhender le monde contre-nature dans lequel nous vivons, nous évoluons, lions des préceptes, lois, codes ou moadim divins.

Nous occupons tristement les places qui ne sont pas les nôtres ! : Caïn assassine son frère cadet, Abel, pour uniquement avoir la grâce divine !

Ismaël perd son droit d’ainesse au profit de son frère cadet, Isaac ! (Source du conflit israélo-palestinien).

Saül perd son droit d’ainesse au profit de son jeune frère, Jacob !

Satan, autrefois LUCIFER et le plus beau des Archanges, défie son propre créateur, Dieu ou Amon, dans les cieux suite à une stupide rébellion des anges, devenus plus tard des démons suite à leur expulsion pour finir au second ciel.

Le Noir autrefois le souverain et Maitre de tout notre univers, est depuis des siècles l’esclave de son ancien esclave, le Caucasien.

Telle est la réalité et la vérité que l’on vous cache !

Si vous êtes constamment victimes de racisme, de fascisme, de discrimination sur la base de votre appartenance raciale ou ethnique, c’est dire que vous représentez quelque chose aux yeux de vos bourreaux !

La Zougloutique soutient ceci : « L’on ne lance jamais les pierres aux fruits non-murs, sauf aux fruits murs ! ».

C’est justement parce que le caucasien connait votre propre valeur dans notre univers, valeur qui fit de lui ce qu’il est de nos jours, qu’il tente désespérément de nous nier toute fierté, toute gloire, tout passé glorieux. Le savoir, c’est déjà un pas en avant pour la prise de conscience !

Pour pouvoir contrôler votre avenir ou votre propre existence, il vous faut évoluer dans un système éducatif autre que celui qu’on nous impose subtilement dans nos états africains, à savoir le système éducatif occidental, très défaillant, truffé de contre-vérités et de faux préjugés.

 

L’interpretation du declin de la civilisation occidentale, la prise de conscience des africains et le nouveau statut de leader mondial de la Chine, membre influent au  sein des BRICS (Extrait du Dossier exclusif du FDRC sur la Chine et son nouveau statut de leader mondial, publie le  24 Octobre 2014 sur nos sites internet)

[Voilà donc, c’est désormais clair dans les esprits de tout un chacun, la Chine et les BRICS sont désormais les maitres de notre univers, tant au niveau de l’économie mondiale qu’au niveau de l’armement et la technologie militaires.

Les occidentaux sont encore visibles et présents en Afrique, particulièrement, grâce aux capitaux chinois. Ironique n’est-ce pas ?

Ironique, car pendant des décennies, l’occident a diabolisé, dénigré et sali la réputation des communistes, malicieusement taxés de peuples sous-développés, retardés, violant constamment les normes internationales en matière de droits de l’Homme et que sais-je encore ?

Les media occidentaux avaient également fait de ces pays dits communistes leurs choux gras en termes de dénigrements, diabolisation et propagandes capitalistes et suprématistes. De nos jours, ces mêmes media occidentaux, au lieu de reconnaitre le génie de ces communistes à imposer discrètement et subtilement leurs capitaux à travers les réseaux financiers occidentaux, suite à l’ouverture du marché occidental en termes d’investissement et marché libre, ils font plutôt dans la distraction, la manipulation et la désinformation de leurs propres populations, les incitant même à haïr tout, des communistes.

Le bloc occidental fonctionne encore sous perfusion grâce à la Chine, autrefois dite communiste et combattue sauvagement en Afrique, faisant de nombreuses victimes parmi nos leaders des années 60. Nous voici plus de 60 ans plus tard, au pied de l’histoire de notre humanité : La Chine communiste est devenue la première puissance économique du monde devant la Russie, l’Inde, le Brésil et le Royaume Uni.

Comment peut-on interpréter tel miracle économique, surtout l’émergence spectaculaire de la Chine, autrefois dépendante de la Côte D’Ivoire des années 70 pour ses machines agricoles ?

La Zougloutique soutient qu’il ne faut jamais sous-estimer son adversaire, surtout lorsque ce dernier se replie sur lui-même afin de mieux rebondir !

En d’autres termes, les occidentaux furent très préoccupés par leurs différentes guerres d’invasion à travers le monde et sans oublier leur arrogance légendaire, qu’ils sous-estimèrent la Chine et surtout la Russie depuis la sortie humiliante de celle-ci d’Afghanistan.

Les membres du bloc émergent ont pris de la hauteur et de la discipline afin d’améliorer tous les circuits défaillants de leur économie, de leur système de défense militaire et surtout de mener une politique émergente en complicité avec leurs propres populations, populations envoyées en occident afin de s’éduquer et transférer leurs connaissances acquises ailleurs en technologies locales pour le bien-être de leurs propres populations et de leurs états respectifs.

Ce travail de longue haleine fut une stratégie commune  afin de se défaire de l’hégémonie occidentale, dictant tout ou presque tout à l’intérieur de certains états dépendants des outils de domination occidentale, tels la Banque Mondiale, le FMI et bien d’autres institutions, freinant le développement ou l’essor des petits états.

Il fut donc question de réviser toutes les défaillances et/ou dépendances de l’extérieur et compenser ce vide afin de créer l’équilibre tant souhaité, équilibre et stabilité nécessaires pour le développement de tout pays.

En clair, pour aller loin, il faut ménager sa monture !

Ménager sa monture, c’est remettre tout en cause, honnêtement, sincèrement et sans aucune passion, afin de déceler toutes les tares du pays, proposer des solutions idoines et mettre en place une stratégie afin de s’affirmer ou s’affranchir de toutes dépendances.

Se remettre en cause, exige de la discipline, de la hauteur, de la maturité et surtout de l’humilité,  ce que contrairement et tristement les africains n’ont toujours pas pu s’imposer. Ils sont uniquement animés par leurs sentiments égoïstes, personnels qu’ils s’occupent de l’inutile pour enfin se contenter du peu, lorsqu’ils ont des outils nécessaires à leur disposition afin d’imposer le cours ou la posture économique et politique de leurs états respectifs.

Si cela est tristement une réalité en Afrique, cela est en grande partie dû au système éducatif dans lequel ils évoluent et les outils occidentaux de domination auxquels ils sont étroitement accrochés pour la survie de leurs états.

Ce système éducatif est aussi le pur produit d’une civilisation ne reposant sur rien de concret, de positif, de pertinent pour les africains eux-mêmes, mais faisant plutôt l’apologie ou la promotion du minable sur l’excellent, de l’arrogance sur l’humilité, de l’injustice sur la justice, de la guerre sur les accords et traités de paix , de développement planétaire sur l’exploitation abusive des états souverains et la servitude de leurs populations…transformant du coup des êtres humains en humanoïdes ou pire en caucasoïdes, uniquement animés de faux sentiments de supériorité, de valeurs peu recommandables telles la vanité, la vantardise, l’égoïsme, la suffisance, l’arrogance, l’individualisme au lieu de l’esprit communautaire, la corruption des esprits et des corps, la mauvaise gouvernance, les marchés de gré à gré, les pots de vin, les raccourcis politiques au lieu d’un programme de gouvernement, une politique sociale, politique pour le bien-être des populations et de leurs états respectifs, la militarisation politique des partis politiques, l’exploitation des populations autochtones au profit de l’occident, l’exploitation illicite des ressources naturelles, agricoles, minières et pétrolières au profit de l’occident ou l’ancienne métropole pour leur propre survie politique ou pour leur succession politique érigée en royauté politique ou présidence à vie…

En d’autres termes, nous sommes nos propres bourreaux mais également victimes d’un système éducatif qui nous avilit, nous déshumanise, nous dénature et nous réduit au rang d’adolescents ou d’éternels adolescents incapables de prendre des décisions sans l’aval ou l’approbation de l’ancien Maitre, d’éternels assistés et d’éternels soumis. Partant de ce triste constat, la présence des occidentaux est à considérer comme un véritable frein à notre propre épanouissement ou émergence.

La coopération Nord-Sud a atteint toutes ses limites car très défaillante et totalement déséquilibrée.

Pendant 60 ans, les états africains ont cru en la sincérité des occidentaux à les aider à construire les états africains, états que certains occidentaux ont tenté de céder aux africains à la suite de la seconde guerre mondiale.

Quel bilan faire de 60 ans de coopération Nord-Sud ?

Bilan négativement négatif ! L’Afrique n’est toujours pas émergente !

Elle est plutôt rythmée par des guerres civiles, rébellions de tous genres, coups de forces, coups d’état, contrôlée de l’extérieur, victime de massacres et génocides, victime d’une défaillance démocratique, académique, politique, économique et militaire.

Les africains modernes ne représentent que leurs propres ombres ! Que faire pour sortir de ce marasme luciférien ?

La Russie, encore elle, cet état communiste très proche des leaders africains des années 40 à 60, cette même nation qui nous apporta la démocratie, après son retrait de l’Afghanistan et facilitant la chute du mur de Berlin en 1989, est encore et enfin la même nation qui nous offre à nouveau une voie de sortie honorable afin de nous affranchir du joug occidental.

C’est vers la Russie, la Chine ou le bloc des émergents que nous, africains et observateurs de la vie politique de nos états, conscients de la géopolitique et du rôle vital de notre continent au sein concert de nations, que nous devons diriger nos intérêts ou créer des ponts diplomatiques afin que la coopération soit beaucoup plus équilibrée, à savoir une coopération SUD-SUD et NORD-SUD, donnant plus de choix en termes de services, partenaires commerciaux aux états africains.

Pour que cela puisse devenir une réalité, il nous faut dans un premier temps, nous réveiller et demeurer CONSTAMMENT ÉVEILLÉS, ensuite nous remettre en cause et trouver des solutions idoines à nos problèmes africains et enfin mettre en place une stratégie ambitieuse, prenant en compte tous les aspects de notre retard légendaire, à savoir se débarrasser du système éducatif occidental pour le remplacer par un autre beaucoup plus pertinent pour les africains eux-mêmes, revalorisant l’histoire, le passé glorieux et les légendes politiques du continent noir, sans oublier de faire la promotion tapageuse du génie industrieux des nôtres et nos descendants dans la diaspora, pour l’avènement d’un super état africain, avec des leaders forts, des institutions fortes et un système éducatif pertinent, base de tout affranchissement, développement politique, économique, militaire et culturel.

En d’autres termes, le grand défi des africains, c’est se réveiller et demeurer éveillés. Pour cela, il leur faut déjà de prendre avec des pincettes tout ce qui provient de l’occident, car ce peuple est essentiellement animé par ses propres intérêts au détriment de nos propres états et nos propres populations. Il s’agit entre autres de déterminer où réside réellement notre loyauté. L’occident ou l’Afrique ?].

 Il nous faut uniquement une bonne dose de courage et d’ambitions politiques !

Veuillez pour cela relire les évènements historiques provoquant la Révolution française de 1789 afin de vous inspirer pour vos prochaines décisions ou actions politiques.

L’africain moderne a nécessairement besoin d’une éducation pertinente et non une éducation sélective comme le préconisent les afrocentristes. Une éducation pertinente apporte les outils nécessaires aux africains afin d’apporter la contradiction aux autres, de s’éduquer, de s’instruire, de se former et de se transformer. Pour l’instant, les occidentaux se chargent de nous transformer à leur image, en caucasoïdes et non comme des africains dignes, fiers et avec un repère historique propre.

Le repère historique détermine l’individu. L’on peut soutenir appartenir à tel ou tel clan ou soutenir que les pratiques ancestrales nous conseillent de faire ceci ou cela selon les circonstances. C’est cela le repère historique.

Sans repère historique, vous n’appartenez point à une communauté humaine. Vous n’êtes donc pas un être humain, mais plutôt un humanoïde car répondant uniquement aux commandes de votre concepteur, comme c’est tristement le cas actuellement avec nos frères et sœurs africains, jurant que par l’occident comme étant la crème de la crème.

Si cela était le cas, que font-ils à nous maintenir dans la servitude en Afrique ?

Ceci s’apparente plutôt au rôle joué par le parasite, dépendant de l’hôte pour sa propre survie. C’est aussi cela la véritable interprétation à faire de la dialectique du Maitre et de l’Esclave : Qui est réellement le Maitre ?

Êtes-vous encore le Maitre lorsque vos esclaves vous désertent tous ?

Là, se trouve l’équation à proposer à ces suprématistes à deux balles, afin d’éclairer nos  lanternes d’indigènes.

Êtes-vous réellement les maitres de notre univers ou de simples parasites ?

Non sauf un simple individu insignifiant et ne représentant que sa propre ombre. C’est notre misère et notre servitude qui font leur force et fortune. Par conséquent, le véritable maitre est l’Esclave et le véritable esclave et parasite, est celui qui prétend être le maitre! 

 

Notre prochaine édition sera exclusivement réservée aux preuves accablantes et irréfutables du passé glorieux du NOIR ! 

 

[Fin de la Huitième partie]

« L’IGNORANCE MÈNE A LA PEUR,

LA  PEUR MÈNE A LA HAINE,

LA HAINE CONDUIT A LA VIOLENCE,

VOILA L’ÉQUATION ! » - IBN ROCHID (AVERROÈS)


ENSEMBLE POUR UNE AFRIQUE FORTE !

TEAM G.O.D THE LIGHT!

 

Fait à Londres le 27 Octobre 2014.

 

Nick De Bessou                                                  

Juriste & Anthropologue Politique.

Président du FDRC.

[Forum pour la Démocratie et la Résolution des Crises].

Suivez-nous sur Facebook : Nick De Bessou et Nick De Bessou Officiel.

Suivez-nous sur Twitter : @nickdeBessou1

Suivez-nous sur le Blog : nickdebessou.over-blog.com.

Suivez-nous sur le site internet : www.nickdebessou-info.com

Suivez-nous sur : www. fdrc-democratie.info

PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.
PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.

PASSE GLORIEUX DU NOIR AFRICAIN ET SES VESTIGES DANS LE MONDE ENTIER: 12 PHOTOS D'ILLUSTRATION.

Commenter cet article