Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog politico-juridique

ETATS UNIS D'AMERIQUE/AFRIQUE: LE NOUVEL ORDRE MONDIAL OU LA RENAISSANCE DE L'AFRIQUE NOIRE KEMITE [2].

Publié le 26 Août 2014 par Nick de Bessou

ÉTATS UNIS D’AMÉRIQUE/AFRIQUE : LE NOUVEL ORDRE MONDIAL OU LA RENAISSANCE DE L’AFRIQUE NOIRE KÉMITE ! [2].

POURQUOI LES AFRICAINS ET LEURS DESCENDANTS SONT-ILS VICTIMES DU RACISME ET DU FASCISME ?

L’IMPÉRATIVE NÉCESSITÉ DE CRÉER UN ÉTAT PANAFRICAIN COMME L’ISRAEL EST POUR LES JUIFS !

[Dossier spécial et exclusif du FDRC].

[Deuxième partie].

(Paresseux intellectuels et âmes sensibles, s’abstenir SVP !) #

Le racisme et le fascisme ne sont point des inventions des noirs africains et n’existaient point au moment de la création des premières communautés humaines. Il n’existe nulle part dans l’histoire ou dans la préhistoire encore moins dans la mythologie ou l’anthropologie africaine d’une division quelconque entre les différentes communautés, fondée sur la supériorité d’une quelconque race ou d’une autre.

Les races créées par Amon selon les continents avaient toutes le même poids et importance aux yeux du Créateur. Il existait une égalité entre les hommes, les communautés et les races. Tous les êtres humains étaient égaux à la naissance. Ils étaient par contre différents de par la couleur de leur peau ou de leur statut social ou politique. Toutes ces races furent des pures créations de Dieu ou Amon lui-même.

Amon était et demeure encore de nos jours l’unique père de toutes ces races. En sa qualité de père, il ne pouvait ou ne saurait installer une quelconque différence entre ses propres enfants. Ces enfants étaient certes différents les uns des autres de par leur origine ethnique ou statut socio-politique, ils demeuraient et demeurent encore à ses yeux ses propres enfants et égaux à ses yeux, selon son unique volonté.

Amon avait créé les races, les communautés et les continents selon sa propre vision des choses et selon son unique volonté. Les continents créés étaient et sont encore différents les uns des autres de par leur superficie, végétations, faune, flore, climat... afin d’accommoder les différentes races, races créées selon des dispositions naturelles ou biologiques ou génétiques afin de résister et/ou survivre dans un environnement particulier ou sur un quelconque continent.

Les continents eux-mêmes furent et sont encore soumis aux différentes saisons selon leur emplacement géographique.

Par exemple l’Afrique sera le berceau de l’humanité à cause justement de l’abondance et/ou la présence permanente du Soleil (représenté par le Pharaon Râ ou Rê), afin de marquer ce peuple comme l’on marque son troupeau d’un sceau. La particularité des africains, c’est justement leur teint foncé ou nubien ou kémite, dû en grande partie à la trop forte présence de la mélamine dans leur corps. Ceci justifie la référence faite à « ISRAEL », en réalité, « ISIS RÂ EL AMON » ou les enfants ou « le peuple élu d’Amon ou de Dieu ». L’origine du nom « ISRAËL ».

LE VRAI PEUPLE D´IS RÂ EL ou ISIS RÂ EL.

Si vous souhaitez connaitre le vrai peuple d´IS RÂ EL AMON, vous n´avez qu´à regarder ceux sur terre qui ont la peau mélanisée (noire-Kmt). C´est le Dieu Râ (Soleil) qui les avait bronzés à l´aide de son Hexagone et de son Pentagone. C´est des peuples qui vivent aujourd´hui sur le continent africain : les Kmt (Kemit).

Isis ou « Aset » ou « Iset » prononciation originale égyptienne fut décrite comme le Déesse de la Santé, du Mariage et de l’Amour, dans la tradition religieuse égyptienne et aussi vénérée dans la Grèce mythique. Cela fut possible grâce aux grecs qui emportèrent avec eux les connaissances et savoir africains afin de créer leur propre société ou civilisation, civilisation qui manquait gravement de pratiques religieuses. Ainsi furent créés des Dieux grecs comme Zeus, Apollon, Hélios etc. Isis est la mère d’Horus, un autre souverain égyptien, décrit comme le Dieu de la Vengeance, du Ciel, de la Protection et de la Guerre, représenté avec une tête de faucon. Râ ou Rê est abusivement décrit comme le Dieu du Soleil. Ce qui est archi-faux !

Râ ou Rê signifie « tête, sommet, haut, roi » et existe encore dans la langue ancienne égyptienne devenue le bantou (Cameroun et Congo). Par exemple « Râ Congo » (coiffure congolaise, tête rasée laissant très peu de cheveux ou découvrant le cuir chevelu).

RÂ est AMON et AMON est Dieu !

Par conséquent, AMON est le SOLEIL ou la LUMIERE !

« La ville n’a besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer, car la gloire de Dieu l’éclaire, et l’agneau est son flambeau. Les notions marcheront à sa lumière, et les rois de la terre y apporteront leur gloire. Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n’y aura point de nuit » - Révélations 21 : 23-25.#

Par conséquent, « ISRAEL » ou « ISIS RÂ EL AMON », sont les enfants-souverains d’Amon (le Dieu unique ou le créateur africain). Ses enfants-souverains furent des rois et reines africains avec un statut de divinité sur terre comme le cas de Jésus-Christ, fils de Dieu, souverain des Juifs (falashas) et divinité sur terre (Révélations 22 :16-21).

En clair, les enfants ou souverains Isis et Râ sont des rois et reines africains, de l’Egypte ancienne, donc de teint très foncé par les 12 constellations du Soleil (Râ ou Amon) afin de rappeler aux uns et autres de sa marque divine sur ses créatures et ses enfants préférés, tout comme Jésus-Christ portait la marque du sceau divin (12).

Depuis sa résurrection, il porte la marque du sceau 999 (le Sauveur, le Rédempteur, le bon Berger, le Bon Samaritain, la Lumière) (utilisés pour les urgences au Royaume Uni (999) et aux Etats Unis d’Amérique (911)).

Satan, autrefois, Lucifer, portait la marque du sceau 999. Ce sceau fut renversé et donna le chiffre de la bête 666 ou l’Antéchrist ou le Prince des Ténèbres. La marque des enfants d’Israël fut le teint très foncé, le produit des ultraviolets solaires de Râ, autrefois, un souverain ou pharaon égyptien.

Alors où se trouve-t-elle la couleur caucasienne ou blanche dans Isis Râ El ou ISRAEL ?

Sont-ils en train de nous dire qu’ils reconnaissent subtilement et discrètement la nature réelle des souverains-divins africains chez qui ils ont honteusement emprunté les noms pour en faire leur état actuel ? Reconnaissent-ils qu’ISIS et RA et El Amon sont des divinités égyptiennes africaines réunies en une, El Amon ou Amon ou le Dieu créateur ?

Il n’y a jamais eu d’autres divinités avant et après Dieu ou Amon ! Amon est la vie et il prend la forme qu’il lui sied. Amon est partout même dans les objets. Il donne vie à toutes choses et il est aussi toutes ces choses-là. Ne dit-il pas que l’or et l’argent m’appartiennent ?

Révélations 21 :21 : « La muraille était construite en Jaspe, et la ville était d’or pur, semblable à du verre pur. Les fondements de la muraille de la ville étaient ornés de pierres précieuses de toutes espèces : le premier fondement était de Jaspe, le second de saphir, le troisième de calcédoine, le quatrième d’émeraude, le cinquième de sardonyx, le sixième de sardoine, le septième de chrysolithe, le huitième de béryl, le neuvième de topaze, le dixième de chrysoprase, le onzième d’hyacinthe, le douzième d’améthyste. Les 12 portes étaient douze perles ; chaque porte était une seule perle. La place de la ville était d’or pur, comme du verre transparent ». Pourquoi diantre courir après si peu et nous entretuer lorsque nous sommes les véritables héritiers de toutes ces pierres précieuses et bien d’autres choses encore cachées ?

Nos richesses et fortunes obtenues dans la violence, la déception ou destruction de nos semblables seront de courte durée : « Les marchands de ces choses, qui se sont enrichis par elle, se tiendront éloignés, dans la crainte de son tourment ; ils pleureront et seront dans le deuil, et diront : Malheur ! Malheur ! La grande ville, qui était vêtue de fin lin, de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles ! En une seule heure tant de richesses ont été détruites ! Et tous les pilotes, tous ceux qui naviguent vers ce lieu, les marins, et tous ceux qui exploitent la mer, se tenaient éloignés, et ils s’écriaient, en voyant la fumée de son embrasement : Quelle ville était semblable à la grande ville ? Ils jetaient de la poussière sur leurs têtes, ils pleuraient et ils étaient dans le deuil, ils criaient et disaient : Malheur ! Malheur ! La grande ville, où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer, en une seule heure elle a été détruite ! » - Révélations 18 :15-19.

Seul l’orgueilleux est capable de courir après des miettes car minable dans l’âme et dans les faits. Il est plutôt préoccupé par sa propre image plutôt que l’image de Dieu et la nourriture spirituelle. Un tel individu n'est point sage mais plutôt un vantard et un opportuniste. Il se rue sur des choses de peu de valeur, alors qu’il est en réalité un digne héritier de toute cette fortune et des territoires plus vastes qu’il ne peut l’imaginer.

L’orgueil aveugle, endort et abrutit le LIBRE ARBITRE faisant d’un souverain, un esclave des choses dont il est ironiquement propriétaire. Toutes ces pierres précieuses et même les plus rares sont des œuvres des Dieu et Dieu vit en elles. Dieu accorde la fortune et la bénédiction aux plus méritants et non aux orgueilleux et autres vantards. Ceux qui s’approprient les choses du monde en détruisant leurs semblables n’ont pas réellement compris leurs devoirs et droits communautaires.

A ces hommes et femmes, Amon a dit ceci dans le livre de Révélations 22 : 12-15 : « Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre. Je suis l’Alpha et l’Omega, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes de la ville. Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers, les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge ! ».

Révélations 10 :7 : « Mais jusqu’aux jours de la voix du septième ange, quand il sonnerait de la trompette, le mystère de Dieu s’accomplirait, comme il l’a annoncé à ses serviteurs, les prophètes ». Savent-ils réellement qui Amon est ? Quel est réellement le Dieu qu’il vénère ? Sont-ils en parfaite symbiose avec les lois divines et communautaires ? Nous pouvons soutenir sans ambages que les sionistes sont des incultes et des fraudes car n’étant point habité ou animé par la sagesse, l’humilité, le pardon, le partage, la tolérance, la patience, le dialogue, l’esprit de Dieu et sa vision pour notre univers. Comment un peuple autrefois esclave en Egypte puisse hériter d’Amon, le droit d’ainesse de posséder le titre de peuple élu ? Qu’ont-ils réellement fait en termes d’actions humanitaires, philanthropiques et humanistes depuis leur sortie d’Egypte à nos jours ? Comment un peuple aussi égoïste, orgueilleux, raciste, sélectif, manipulateur et violent puisse être le choix D’Amon comme son peuple préféré ?

Dieu connait tous ses enfants, tous ses enfants par leurs noms, bien avant qu’ils ne naissent. Il sait la place et la mission des uns et des autres, bien avant leur naissance. Il ne saurait mettre les juifs et les caucasiens au-dessus des autres races, car ces peuples manquent énormément de sagesse, d’humilité, de patience, de tolérance, de discipline, d’état d’âme etc. Un tel peuple conduira sans aucun doute la communauté à la perte et à la destruction, comme c’est le cas en ce moment avec le conflit israélo-palestinien.

Non ! Dieu est parfait et ne saurait récompenser des minables à la place des meilleurs ! Si ce peuple était si bon et parfait, il n’aurait jamais eu recours à la corruption des âmes, dénigrements, diabolisation, mysticisme, déception, fraude, aux chantages, intimidations, menaces, violence inouïe afin de se donner de la contenance ou se faire accepter par tous comme le peuple élu de Dieu. Le peuple élu de Dieu s’impose naturellement de par leurs actes, comportement et ou discours de pacifiste ou de négociateur. Ce peuple que nous avons en Israël, est loin d’être des pacifistes. Le conflit palestinien dure depuis plus d’un demi-siècle par l’unique entêtement d’un peuple occupant illégalement et militairement les terres des autochtones arabes. La toute première communauté humaine fut celle des africains. Ceci fut l’unique volonté d’Amon.

[EXTRAIT DU LIVRE DE NICK DE BESSOU SUR LE PANAFRICANISME] :

Pendant des siècles, les juifs et leurs alliés occidentaux ont entretenu le mensonge, les contre-vérités sur la véritable origine des religions dites révélées. Leur unique objectif fut de réduire une race supérieure noire, d’origine africaine, particulièrement de la vallée du Nil. Cette race noire faite essentiellement de souverains puissants et dominant presque toute l’étendue de notre univers à savoir l’Afrique, l’Australie (les Aborigènes), une grande partie de l’Europe (Sud de l’Europe avec les Grimaldi dans la Principauté de Monaco) et de l’Asie (Sud-est (Philippines, Taiwan, une partie de la Chine avec les Negritos) et les Amériques (Amérique du sud avec les Negritos) entre 50 000 et 70 000 ans avant Jésus-Christ, donc avant l’annonce des religions dites révélées.

Certains peuples sont encore présents dans ces parties du monde à savoir le Sud-Est asiatique avec les Negritos et l’Australie avec les Aborigènes, bien qu’ils furent massacrés et de nos jours abusivement et malicieusement traités de citoyens de seconde classe, installés loin des terres fertiles ancestrales, ou des réserves, lorsque les terres ancestrales sont illégalement occupées par les nouveaux colons-envahisseurs occidentaux ou indo-européens depuis le VIIe siècle jusqu’à nos jours, avec la déclaration du Royaume Uni faisant de l’Australie, un nouveau territoire de l’empire dès 1770 et officiellement reconnu par les nations occidentales esclavagistes comme une extension de l’empire britannique le 1er Janvier 1901.

« Peuplée depuis plus de 50 000 ans par les Aborigènes, l’Ile-continent d’Australie (la « terre principale » ou Mainland en anglais) a été visitée de manière sporadique, notamment par des pécheurs venus du nord, puis par des marins néerlandais. A partir du XVIIe siècle, explorateurs et marchands européens reconnaitront les côtes, mais ce n’est qu’en 1770 que la moitié orientale de l’ile sera officiellement revendiquée par la Grande-Bretagne et le 26 Janvier 1788 –jour de la fête nationale australienne – que sera fondée la colonie pénitentiaire de Nouvelle-Galles du Sud. Cinq autres colonies largement autonomes furent fondées dans le courant du XIXe siècle, à mesure que la population augmentait et que de nouveaux territoires étaient explorés.

Le 1er Janvier 1901, les six colonies se fédèrent et formèrent le Commonwealth d’Australie (...) » -Source – Wikipédia.

Etymologiquement, le nom « Australie » ou « Australia » en anglais, provient du latin « australis », langue très commune et répandue en Europe, signifiant « le sud ou du sud ou austral ». Déjà au IVe siècle, des scientifiques et autres anthropologues occidentaux et ou indo-européens émirent nombreuses hypothèses de l’existence d’un continent inconnu au sud (la terra australia incognita) dans l’unique objectif de tenter d’expliquer l’équilibre parfait de notre univers, déjà reconnu comme une planète (Galilée), qui permettrait à la terre, de ne pas basculer autour de son axe en faisant office de contrepoids face aux continents de l’hémisphère nord. L’adjectif néerlandais (les premiers à entrer en contact avec ce territoire-continent) « Autralische » fut utilisé dans nombreux textes et documents officiels de la période esclavagiste, en Indonésie (colonie hollandaise) afin de désigner les nouveaux territoires « découverts » au sud de l’Indonésie (c.1600).

Aussi, Georges Kearsley Shaw et Sir James Smith (deux auteurs britanniques de l’ère de la traite négrière), conjointement publièrent le livre Zoology and Botany of New Holland, dans lequel ils mentionnèrent pour la première fois ce qui sera le nom de cette future colonie de l’empire : « (…) La grande ile, ou plutôt continent, d’Australie, d’Australasie ou de Nouvelle-Hollande (…) ». Il fallut attendre l’explorateur britannique Matthew Flinders, supposé être le premier voyageur/navigateur occidental à avoir fait le tour de toute l’Australie pour sa cartographie, publiée en 1814 « A VOYAGE TO TERRA AUSTRALIS », ou également il mentionna le nom « Australie ». Depuis lors, le mot « Australie » fut retenu et communément utilisé pour désigner ce vaste territoire.

La Préhistoire et l’Anthropologie ne s’accordent pas encore sur la date exacte de la première présence humaine en Australie. La Préhistoire et la science soutiennent 100 000 ans de présence humaine en Australie (l’art primitif du parc national de Kakadu), les véritables ancêtres lointains des Aborigènes d’Australie de nos jours. Ils seraient arrivés via des ponts terrestres apparus avec la glaciation de Würm.

Les anthropologues occidentaux soutiennent par contre 50 000 ans de présence humaine en Australie (l’Homme de Mungo).#

« (…) Cependant, certaines spéculations existent quant à des origines plus lointaines des premières populations australiennes, jusqu’à il y a 100 000 ans. Ces premiers Australiens sont les ancêtres lointains des Aborigènes d’Australie d’aujourd’hui. Ils étaient arrivés via des ponts terrestres apparus avec la glaciation de Würm et la traversée de mers assez grandes en Asie du Sud-Est. A partir de l’ADN mitochondrial, une reconstitution des grandes migrations humaines de la préhistoire date l’arrivée d’Homo sapiens en Australie à il y a 70 000 ans. Il existe de nombreuses espèces de plantes et animaux communs à l’Australie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et quelques iles indonésiennes, ce qui laisse à penser qu’il devait exister des ponts terrestres entre ces pays. Ils se seraient fermes lorsque les mers sont montées (...) ». « (…) On a trouvé près de lui (l’Homme de Mungo, découvert près du Lac Mungo), des outils en pierre, des os de wombats d’espèces disparues et de kangourous géants. Ces restes sont les plus anciens restes humains trouvés en Australie mais leur âge est encore sujet à polémique. De récentes études de l’ADN mitochondrial mettraient en doute l’origine unique du genre humain, ce qui prête aussi à controverse (…) » - Source Wikipédia.

En clair, les noirs furent la race dominante longtemps avant la présence et la naissance d’une quelconque culture ou civilisation dite occidentale, suite à la publication de Jean Jacques Rousseau (Le Contrat Social), en réalité le départ d’une certaine prise de conscience de la race caucasienne de ses nouveaux talents, talents usurpés lors des différents voyages académiques des grecs (Platon, Hérodote, Pythagore etc.) en Egypte, afin de s’imposer plus tard comme la crème de la crème des races humaines.

L’époque de Ptolémée (-242/246) fut l’époque où les grecs et romains visitaient l’Egypte en quête de savoir. Ils n’avaient pas d’écriture ou un semblant d’écriture à cette époque. Ils étaient encore à l’état semi-animal, sauvage, sans culture, sans repère historique, sans repère religieux, sans connaissance.

La suprématie occidentale et surtout la falsification des faits historiques, bibliques et ou religieux se firent autour de cette période dite période des lumières. Les occidentaux venaient enfin de sortir des ténèbres de l’ignorance grâce aux connaissances africaines pour devenir des êtres semi- parfaits, à l’image des africains-souverains-dominants, le véritable peuple élu de Dieu pour avoir été la première communauté humaine à occuper notre univers (Afrique = le berceau de l’humanité).

La suprématie occidentale avait pour unique objectif de nier le passé glorieux de cette race très avancée, civilisée, organisée, très bien structurée (gouvernements pharaoniques noirs), religieuse, industrieuse, féconde en tout à l’opposé de la race caucasienne comme l’avait décrit l’ouvrage d’Antoine Fabre D’Olivet : Histoire philosophique du Genre humain, de l’état social de l’Homme, ou Vues philosophiques sur l’histoire du Genre Humain, Tome I, Paris 182. « Je vais me transporter à cette époque assez reculée de celle où nous vivons ; et raffermissant mes yeux, qu’un long préjugé pourrait avoir affaibli, fixé, à travers l’obscurité des siècles, le moment où la race blanche, dont nous faisons partie, vint à paraitre sur la scène du monde. A cette époque, dont plus tard je chercherai à déterminer la date, la race blanche était encore faible, sauvage, sans lois, sans art, sans culture d’aucune espèce, dénuée de souvenirs, et trop dépourvue d’entendement pour concevoir même une espérance. Elle habitait les environs du Pôle Boréal (Pôle nord), d’où elle avait tire son origine. La race noire, plus ancienne qu’elle, dominait alors sur la terre, et y tenait le sceptre de la science et du pouvoir : elle possédait toute l’Afrique et la plus grande partie de l’Asie (…) ». 

Antoine Fabre D’Olivet fut un auteur français, poète et compositeur dont les écrits bibliques et philosophiques influencèrent beaucoup d’occultistes tels Eliphas Lévi, Gérard Encause et Edouard Schuré. Antoine F. D’Olivet est né le 8 Décembre 1767 et meurt le 27 Mars 1825.

L’invasion indo-européenne favorisa exactement la disparition des vestiges et autres documents capables de placer l’africain dans un contexte beaucoup plus glorieux. Les artistes, poètes, auteurs, philosophes, anthropologues, religieux, l’Eglise catholique, historiens et politiciens européens jouèrent à fond leur participation faisant du maitre d’hier, la race noire, l’esclave d’aujourd’hui. La crise identitaire et/ou raciale est en réalité le renversement des lois divines selon l’unique volonté d’Amon ou de Dieu, le créateur, faisant de la race noire, la première, l’ainée et l’héritière de la connaissance divine, des fortunes et des esclaves/domestiques laissés à ses soins et services.

La division du travail, selon l’unique volonté d’Amon fut les noirs au-dessus des autres races, comme souverains, dignitaires, notables et grands prêtres pour leur sagesse, humilité, discipline, patience et leur tempérament. Les autres races furent également classifiées selon leurs aptitudes naturelles ou physiques ou intellectuelles. Les caucasiens et les juifs furent des esclaves pour leur manque de discipline, humilité et pour leur orgueil exagéré, pratiques sataniques ou fétichistes ou leur paganisme et enfin pour leur trop grande dépendance de la violence dans toutes ses formes afin de s’imposer. Ils furent généralement utilisés comme des guerriers/soldats afin de conquérir d’autres territoires au nom des pharaons. Ils furent uniquement utilisés dans les unités spéciales des armées pharaoniques pour leur barbarisme et leur envie de séduire ou impressionner les autres pour leurs œuvres et autres actes violents ou barbares commis sur leurs ennemis. Ils tentaient toujours de passer pour des soldats-féroces mais en réalité, ils cachaient nombreuses choses à savoir leur manque d’estime, leur infériorité raciale, leur faiblesse intellectuelle et leur ignorance. Ils furent des soldats très bavards, se vantant des faits et autres évènements afin de passer pour des êtres supérieurs en tout (connaissance militaire, connaissance intellectuelle, connaissances spirituelles etc.) et finalement justifier le renversement de l’ordre divin. Pour ces barbares, un leader doit être un homme de terrain ou un Général d’armée. Les sionistes (Juifs) attendent toujours leur messie, un guerrier ou un Général de la trempe de David (Dieu Juif représenté par son Etoile à 13 pointes, l’Etoile de David), rejetant du coup, Jésus-Christ pour ses positions très philosophiques, pacifiques et pour la couleur de sa peau, « lui prétendant être le fils de Dieu et le Roi des Juifs ». Pour Dieu, le leader s’impose naturellement car capable de désarmer toute une armée hostile de par la sagesse, le dialogue, les négociations et les accords/traités.

Dieu nous a fait grâce du LIBRE ARBITRE, un pouvoir divin nous liant en esprit avec la sagesse de Dieu, la connaissance de son environnement, le nôtre et leur rôle bénéfique sur notre être (Soleil, Lune, Eaux, Faune et Flore), le rôle de chaque individu au sein de la division du travail (le ministère selon les chrétiens) ou la mission existentielle de chaque individu en société (La Zougloutique) , par rapport aux lois et règles établies là-haut (Royaume de Dieu), transférées par le canal des grands prêtres sur terre afin de policer la communauté (lois/règles humaines) afin que celle-ci fonctionnent exactement et en parfaite harmonie avec celle de Dieu (Archanges et Anges), une communauté disciplinée et hiérarchisée selon l’unique volonté de Dieu.

Le LIBRE ARBITRE fait de nous les hommes que nous sommes !

Le peu d’usage positif et discipliné fait de ce pouvoir divin, le moins sociable et respectueux des règles et lois communautaires nous sommes ! Nous nous laissons emporter par notre orgueil et devenons des menaces pour la communauté toute entière. Un individu ne saurait compromettre la survie de toute une communauté. Celui-ci sera retiré de la communauté afin d’être isolé pour une certaine durée de temps.

Cette loi existe bien dans la Bible des cieux : Révélations 2 : 10 : « Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et le Satan, et il le lia pour mille ans ». Un vrai leader est cette personne qui observe scrupuleusement les lois divines afin de les appliquer en communauté pour le bien-être de la communauté toute entière et non d’un groupe d’individus ou groupes d’intérêts. Un tel leader ne fera jamais usage de force sur ses propres populations mais uniquement sur l’individu en faute ou ayant violé le code communautaire afin de l’extirper de la communauté et lui accorder l’opportunité d’apprendre ses devoirs et droits communautaires avant d’être réintégré/réinséré dans la communauté comme un membre reformé. C’est cela le caractère légendaire des sages africains !

C’est le propre de l’africain d’être un sage, un philosophe, un religieux et un leader-né ou un leader naturel. La violence se doit d’être sélective et uniquement pour défendre la communauté en cas d’attaques. La violence se doit d’être restreinte et quasi-inexistante au sein de la communauté, car une communauté disciplinée et respectueuse des lois et règles communautaires s’autodiscipline ou s’auto-police. Le leader sage ou naturel ne fait jamais usage de la violence mais plutôt de tact, diplomatie, sagesse, humilité, dialogue etc. pour maintenir la cohésion sociale et la paix pour tous. Ceci fait de lui, un leader charismatique, un leader naturel, un leader sage, un leader humble, un leader-modèle !

Les deux grandes guerres mondiales de notre univers, furent l’œuvre de ces mêmes barbares, violents et incapables de juguler une crise sans faire recours à la force et à la violence. Ils sont restés comme des animaux, figés dans le temps, sans avoir eu la sagesse de régler leurs différends diplomatiquement.

Au contraire, ils se livrent une guerre de mots hostiles, menaçants, séditieux, sans oublier de parader leur arsenal de guerre ou leur nouvelle découverte d’armes de destruction massive comme pour faire peur aux autres et/ou intimider les ennemis. C’est cela la véritable nature du caucasien : Un barbare, un belligérant, un conquérant, un être très violent et sans état d’âme, un être démuni de toute sagesse, humilité, patience, tolérance, pardon, partage, considération humaine ou considération de notre environnement. En clair, un être inachevé, tentant de s’imposer aux autres par la force des armes et non par la sagesse et le dialogue.

Le renversement de l’ordre divin (chute des pharaons noirs) est comparable aux histoires bibliques d’Isaac et de Jacob volant la bénédiction et le droit d’ainesse de leurs frères ainés. Les caucasiens occupent illégalement et en contradiction avec les lois divines, la position de souverain-dominant, strictement réservée aux africains, véritables héritiers et ainés de toutes les races.

C’est cela la crise originelle (le péché originel) orchestrée par Lucifer dans le Royaume de Dieu, tentant de prendre la position du Créateur Amon pour en faire sienne. Depuis cette rébellion céleste et leur descente au second ciel, Satan et ses anges-rebelles devenus des démons ont décidé de punir la seconde créature de Dieu (les hommes). La mort, est devenue la sanction la plus extrême pour tous ceux qui se détournent de la face de Dieu. Car Dieu est vie, vie éternelle : « Sa faveur est pour la vie » - Psaumes 30 :6

Révélations 2 :7 : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’esprit dit aux Eglises : A celui qui vaincra, je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu ». Révélations 7 :3 : « Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marque du sceau le front des serviteurs de notre Dieu ». DIEU (AMON) EST AMOUR ET SAGESSE ! Le racisme et le fascisme sont en réalité l’expression manifeste d’une frustration interne et congénitale d’une race née esclave, soumise, éduquée et révélée par la race noire et prétendant de nos jours être la race supérieure ou celle choisie comme telle selon l’unique volonté d’AMON. Dans l’unique objectif de perpétrer cette fausse assertion, assertion selon laquelle les caucasiens seraient supérieurs aux noirs et autres races, selon la classification erronée des races selon ces mêmes suprématistes, ignorants, naïfs, illettrés intellectuels et religieux, tentant vaille que vaille de faire admettre ou faire accepter leur mensonges, fausses inventions, contre-vérités et préjuges comme l’unique vérité ou l’évangile selon le Créateur lui-même. Une telle race dépensant tant d’énergies afin de faire accepter l’impossible, l’irréel, le contre-naturel, l’ivraie ne peut que cacher des insuffisances, des tares, des faiblesses, des anomalies, un sens de personnes inachevées, complexés congénitaux, frustrés congénitaux, envieux congénitaux, des insuffisances naturelles et intellectuels favorisant en eux la manifestation de la violence inouïe comme moyen d’expression et d’acceptation de leur race comme la meilleure, la bonne, la plus intelligente, la plus industrieuse, la plus puissante en tout… grâce à la violence et/ou déceptions.

Cette race tente vaille que vaille de s’imposer aux autres races mais également elle ouvre grandes les portes pour la manipulation des faits historiques, bibliques, anthropologiques afin de se situer dans le temps (repère historique), comme pour donner l’impression d’une intelligence révélée au même titre que les religions révélées, une façon de soutenir leur relation spéciale avec Dieu ou Amon, tentant de confirmer dans les faits et autres publications (Bibles, Torah, Talmud, Livres d’histoire, Livres d’Anthropologie, Livres de philosophie etc.), la supériorité ou la suprématie blanche.

Ainsi, le système éducatif occidental fera l’objet de moyen de propagande pour la vision suprématiste de cette sous-race. Le système éducatif occidental aura pour mission de perpétuer les faussetés, les mensonges, les contre-vérités, les préjuges et autres fausses inventions de cette race tentant de séduire, distraire, corrompre, soumettre et dominer les autres races par déceptions, mensonges, falsifications des faits historiques, bibliques, anthropologiques, éducatifs…sans oublier les intimidations, le chantage et la répression ou violence gratuite afin de s’imposer comme la race choisie ou sélectionnée comme la meilleure parmi toutes les races.

Le racisme et le fascisme sont donc l’expression de cette frustration, celle de vouloir faire accepter l’impossible ou l’irréel aux autres races, races devenues soit récalcitrantes ou hostiles ou éveillées. Le racisme et le fascisme deviennent alors des formes violentes, criminelles et tragiques de la suprématie blanche ou la philosophie suprématiste, découverte et exposée pour ses propres mensonges et ses propres contre-vérités pour ses propres préjugés (racisme, fascisme, suprématie occidentale), préjugés ayant favorisé la division, l’hostilité, l’animosité, la séparation des races, des communautés, des religions et créer une sorte de communauté se nourrissant uniquement des aspects négatifs de la chienlit créée de toutes pièces par cette même race incompétente, incapable, faible, paresseuse et parasite, sans vision, sans sagesse, sans humilités, sans état d’âmes, égoïste, arrogante, suffisante, naïve, orgueilleuse, violente, barbare et sauvage.

Nous vous proposons les tristes résultats/faits/actes, souvent tragiques d’une civilisation qui ne le fut jamais : La bêtise humaine de la civilisation occidentale : Assassinats et meurtres au nom de la suprématie occidentale (Racisme et tragédie raciale ou tragédie universelle du NOIR fondée sur des préjugés préfabriqués et malicieusement inventés) :

1999 : Amadou Diallo : 4 officiers de Police en civil approchèrent le jeune Diallo, âgé de 23 ans et d’origine Ouest africaine sans aucun passe criminel, au bas de son immeuble new yorkais, le criblant de 19 balles mortelles sur un total de 41 balles tirées, lorsqu’il tentait de s’échapper. Ces 4 officiers soutinrent avoir vu la victime avec une arme à feu.

En réalité, M. Diallo ne portait aucune arme offensive et illégale, seulement son portefeuille qui fut « accidentellement » pris pour une arme à feu. Les officiers racistes et criminels furent tous acquittés des charges de meurtre de second-degré.

2000 : Patrick Dorismond : Cet homme âgé de 26 ans et père de deux filles, fut assassiné en 2000 lors d’une confrontation avec des officiers- détectives de la Police en civil, qui lui demandèrent où ils pouvaient se procurer de la drogue. L’un des officier soutint que la victime (qui ne portait aucune arme au moment de l’incident), s’était emparée de son arme de service pour se suicider. Cependant, l’incident choqua plus d’uns au sein des communautés noires et africaines lorsque ces officiers de Police furent tous acquittés comme ce fut le cas de M. Diallo, laissant les noirs soutenir la thèse selon laquelle « la Police américaine possède une licence ou autorisation expresse ou le droit naturel de tuer, impunément les noirs ou sans que cela ne produise de conséquences (…) ».

2000 : Steven Eugene Washington : Cet homme fut abattu par des officiers de Police d’origine latino-américaine, Allan Corrales et George Diego à Los Angeles une nuit de l’an 2000, lorsque Steven approcha ces deux officiers de Police et qu’il donnait l’impression de retirer quelque chose de sa ceinture ou de ses hanches. Les officiers de Police soutinrent qu’ils avaient auparavant entendu un son lourd ou des coups de feu dans les environs et que cet homme âgé de 27 ans souffrant d’autisme, paraissait très suspect. Aucune arme à feu ne fut jamais découverte.

2003 : Ousmane Zongo : En 2003, l’officier de Police, Bryan A. Conroy confronta et tua de sang-froid M. Zongo dans la ville de New York (New York City), lors d’une descente sur des suspects impliques dans la reproduction illégale de CD, un gang avec lequel la victime n’avait aucun lien. Les parents de la victime âgée de 43 ans et d’origine burkinabè, acceptèrent une offre en dehors de la cour et des poursuites judiciaires entamées contre les autorités de la ville pour une somme de 3 millions de Dollar. Le Juge présidant le procès des officiers criminels, particulièrement celui qui assassina la victime (officier qui fut jugé et reconnu d’être criminellement négligent pour cas d’homicide, ne sera jamais détenu), déclarait que ce dernier soutint pour sa propre défense qu’il reçut une formation insuffisante, qu’il fut insuffisamment supervisé et qu’il fut insuffisamment racialement conseillé.

2003 : Orlando Barlow : M. Barlow était en état d’arrestation et à genoux en face de 4 officiers de Police de Las Vegas lorsque l’officier Brian Hartman l’abat froidement. Hartman se trouvait à plus d’un demi-mètre de distance de la victime et soutint qu’il pensait que la victime âgée de 28 ans « tentait d’atteindre son arme dissimulée sous ses vêtements ». Les trois balles assassines furent toutes considérées comme « excusables ». Cependant, une enquête fédérale plus tard fit la révélation selon laquelle Hartman et d’autres officiers de Police arboraient des T-shirts imprimés des sigles « BDRT » ou « Baby Daddy Removal Team » (L’escadron de la mort des pères de familles noires) et « BDRT » ou « Big Dogs Run Together » (Les gros chiens patrouillent ensemble) et que finalement qu’ils avaient fait usage de violence excessive lors de deux différentes enquêtes précédentes.

2004 : Timothy Stansbury Jr, Cet homme de 19 ans, ne portant aucune arme à feu et sans aucun passé criminel, fut abattu en 2004 dans les escaliers d’un appartement de Brooklyn, New York. L’officier qui le tua, soutint qu’il paniqua et son arme à feu s’était déclenchée toute seule par erreur/accident. Le Commissaire de Police Ray Kelly reconnu le crime comme étant « un incident tragique ». Cependant, il conseilla la révision en profondeur des tactiques et de formation des nouveaux et anciens officiers de Police afin de prévenir pareils incidents. 2005 : Aaron Campbell :

En 2005, M. Campbell fut lui aussi assassine mais cette fois-ci, particulièrement avec une balle dans le dos, balle fatale tirée par l’officier de Police de Portland, Ronald Frashour. Cet officier assassin soutint que la victime, ne portant aucune arme à feu au moment de l’incident, tenta de retirer son arme de sa ceinture. Les témoins par contre soutinrent que la victime âgée de 25 ans marchait à reculons vers l’officier avec ses mains fermement accrochées à sa tête lorsque le tir fatal détonna.

Le grand Jury (Cour Criminelle) acquitta l’officier de malversations criminelles et adressa un courrier au Procureur de la Contrée, condamnant l’attitude de la Police quant à leur gestion calamiteuse de l’incident. La génitrice de la victime reçut un million et demi de la part de la ville de Portland comme compensation.

2006 : Sean Bell : Les officiers de Police criblèrent de 50 balles mortelles un véhicule transportant Sean Bell et ses amis, près d’un club de strip-tease dans le Queens, New York. Le jour même de son assassinat, la victime était supposée se marier. Deux de ses amis furent quant eux grièvement blessés. La ville de New York prit la décision de verser 7 millions de Dollar afin d’étouffer l’affaire ou l’incident bien avant que cela n’atteigne une proportion fédérale.

2009 : Victor Steen: En 2009, le jeune homme âgé de 17 ans, fut abattu pendant qu’il faisait du vélo et qu’il refusa de s’arrêter lorsqu’il fut pris en chasse par un officier de Police dans un véhicule de type CRUISER à Pensacola, Florida. En retour, l’officier chargea son arme électrique (Taser Gun), arme dont il fit usage à travers la vitre de la porte de son véhicule de patrouille. L’officier de Police paralysa la victime et à l’aide de son lourd engin motorise, il passa sur le corps de ce jeune, ne portant aucune arme ou ne posant aucune menace, le tuant instantanément. L’incident mortel fut capture sur une vidéo. Une juge rejeta l’accusation du Procureur de Contrée en soutenant « qu’il n’y avait jamais eu de commission de crime ».

La liste des victimes noires, africaines ou afro-américaines n’est pas exhaustive. Il existe encore des victimes n’étant jamais identifiées comme des victimes de racisme ou de brutalité policière. Cependant, récemment deux cas particuliers attirent l’attention des populations noires et le profond malaise existant entre les communautés blanches et noires.

Ce sont les cas de Trayvon Martin, assassiné le 26 Fevrier 2012 à Sanford, en Floride et celui de Michael Brown, le 10 Août 2014 à Fergusson, Missouri.

Dans le cas de la seconde victime d’origine de l’état du Missouri, des émeutes aux allures d’affrontements armés entre les populations noires et les autorités policières sans oublier l’armée de réserve prirent une tournure nationale, forçant le « Commander-in Chief », le Président Barack Hussein Obama, d’origine africaine, à faire une intervention télévisée précipitée afin de calmer ses « frères très remontés et frustrés par ce phénomène consistant à légalement et systématiquement éliminer les adolescents et les jeunes noirs résidant sur tout l’ensemble du territoire américain ».

Les émeutes se sont de nos jours répandues aux alentours de la banlieue de Saint-Louis, dans le Missouri.

« MOSCOU, 20 août - RIA Novosti Sur le même sujet • Ferguson: la victime atteinte d'au moins six balles (enquête) • Troubles aux USA suite à l'assassinat d'un jeune Noir par un policier

Les autorités du Missouri ont prolongé le couvre-feu et l'état d'urgence dans la ville de Ferguson, où les émeutes ne s'apaisent pas depuis plus d'une semaine après qu'un adolescent noir a été abattu par des policiers, écrit mercredi le quotidien Kommersant. Après l'entrée dans la ville de la Garde nationale, les manifestants ont ouvert le feu sur les forces de l'ordre et ont tenté d'abatte un hélicoptère de la police.

Le président américain Barack Obama a appelé les habitants de Ferguson au calme et a soutenu les manifestations pacifiques contre la discrimination raciale qui se déroulent dans d'autres villes américaines. Les émeutes dans la banlieue de Saint-Louis (Missouri), habitée par une majorité afro-américaine, ont été provoquées par la mort de Michael Brown, 18 ans, le 10 août. Elles ont repris avec une nouvelle force après la demande du gouverneur Jay Nixon faite lundi aux autorités fédérales d'y envoyer des unités de la Garde nationale.

En guise de protestation, les habitants ont organisé une grande manifestation devant la résidence du gouverneur, qui a dégénéré en affrontements avec la police. Plus de 30 individus ont été interpelés. Des tirs ont retenti hier à Ferguson: des manifestants ont ouvert le feu sur des policiers qui, à leur tour, ont utilisé des balles en caoutchouc, du gaz lacrymogène et des grenades assourdissantes. Plusieurs personnes ont été blessées, dont des journalistes. Plusieurs d'entre eux ont d'ailleurs été arrêtés.

Les autorités locales ont affirmé que l'usage de la force n'avait pas été excessif de leur côté et visait uniquement les bandits armés menaçant l'ordre public. "Les officiers de police n'ont tiré aucun coup de feu, bien qu'ils aient fait l'objet de tirs nourris", a déclaré le capitaine Ronald Johnson de la patrouille routière américaine. Il a annoncé que les policiers avaient confisqué plusieurs pistolets aux manifestants.

Au regard des événements, le gouverneur Nixon a pris la décision de prolonger le couvre-feu "jusqu'à la cessation totale des émeutes". Et la direction fédérale de l'aviation américaine a interdit jusqu'au 25 août le survol de Ferguson à une altitude inférieure à 900 mètres car la veille, ses habitants avaient ouvert le feu sur un hélicoptère de la police. Le président Barack Obama a appelé les habitants au calme. Il a affirmé que l'ordre d'envoyer des troupes n'avait pas été initié par la Maison blanche – il a été donné seulement après la demande du gouverneur du Missouri.

Le président américain a assuré soutenir les manifestations pacifiques de solidarité avec les habitants de Ferguson qui se déroulent dans d'autres villes. Pour sa part, le gouverneur Nixon a ajouté qu'il ne portait pas atteinte à la liberté d'expression et de réunion des compatriotes. Selon lui, les forces de la Garde nationale seront employées en "régime limité" dans la ville – uniquement pour protéger les policiers. Il a justifié sa demande d'envoyer des troupes par le "sursaut extraordinaire d'activité des éléments criminels".

Selon le sondage du Pew Research Center, les événements à Ferguson ont divisé la société américaine. 80% des Afro-américains estiment qu'ils doivent faire l'objet d'un "sérieux débat public", autant ne font pas confiance à l'enquête sur la mort de Michael Brown menée par la police.

Seulement 30% des Américains de race blanche sont de cet avis et ils sont nombreux à justifier les actes du policier Darren Wilson, qui a abattu l'adolescent ».

En attendant que nous vous apportions des extraits d’articles sur le sujet, nous souhaitions attirer votre attention sur ce phénomène criminel caractérisant la Police américaine et son attitude raciste ou suprématiste à l’endroit de jeunes afro-américains ou d’immigrés africains. Les causes ou les excuses avancées afin de justifier les tueries, sont toujours les mêmes.

La Police soutient très souvent que les victimes avaient en leur possession des armes à feu. Ce qui n’est jamais le cas. Aussi, il est à noter la criminalisation des noirs et de leurs descendants, faisant d’eux des potentielles victimes de tueries policières ou fascistes aux mains des organisations suprématistes tel le KKK (Ku Klux Klan) et bien d’autres.

L’admission des autorités compétentes qu’il existe une culture/tradition de port d’armes à feu au-delà de tout contrôle gouvernemental ou fédéral. Tout le monde peut facilement se procurer une arme à feu soit de façon légale ou par l’intermédiaire des organisations criminelles telle la Mafia.

Finalement, il existe un système éducatif très sélectif, écartant malicieusement, scrupuleusement et systématique les jeunes noirs ou descendants d’africains pour en faire des criminels et des potentielles victimes de tueries, une sorte de plan machiavélique afin de physiquement éliminer la jeunesse noire ou saboter l’évolution démographique des communautés noires ou afro-américaines.

En clair, le système éducatif est fait de sorte à faire échouer les noirs et/ou descendants d’immigrés ou d’anciens esclaves, faisant de cette communauté noire, une communauté pauvre, sans éducation, analphabète et exposée à toutes sortes de crimes. C’est cela les ingrédients de la politique raciste des Etats Unis d’Amérique, l’exacerbation des tensions raciales ou des tueries racialement motivées, tout ceci fermement contenus et protégés au sein de la Constitution trop rigide de ce géant capitaliste.

L’institution judiciaire américaine (Grand jury et Cour Suprême) est elle-même encore corrompue de par ses propres préjugés erronés, suprématistes, orientant ses procès vers des non-lieux pour les crimes commis sur les noirs, encore de nos jours, subtilement écartés des droits constitutionnels de 1776.

Le système judiciaire américain est en grande partie aux mains des caucasiens, eux-mêmes encore victimes et esclaves de leurs propres préjugés et contre-vérités à l’endroit des noirs malgré les différents évènements historiques pour l’avènement des droits civiques pour les noirs et cela depuis les années 60 à nos jours et même de nos jours avec la présidence du pays, tenue par un des leurs, en l’occurrence le Président Obama.

Tout ceci est en réalité de la poudre aux yeux ou de la pure distraction afin de faire croire aux noirs et autres groupes ethniques minoritaires qu’eux aussi ont leur part du gâteau au sein du rêve américain, en leur qualité de citoyens américains au sens plein du terme.

Le profilage ethnique ou « ethnic profiling », consistant à employer ou nommer une proportion des individus issus de groupes ethniques minoritaires afin de « leur permettre de pouvoir jouir des avantages sociaux ou économiques ou politiques du rêve américains ou du capitalisme ou de la civilisation ou culture anglo-saxonne », est une politique sélective, raciste et ne résout absolument rien en termes d’égalités des droits de l’homme, de la citoyenneté et surtout en termes de cohésion sociale et raciale.

Au contraire, le profilage ethnique exacerbe la suprématie caucasienne et malicieusement attribue de faux préjugés à certains groupes ethniques. Par exemple, le profilage ethnique fait du noir un CRIMINEL en puissance, un sous-être, un sans-droit et un rejet social. Le même profilage ethnique fait des groupes ethniques issus du Moyen-Orient des TERRORISTES en puissance ou des « suspects éternellement connus pour leurs activités terroristes ».

Ainsi, ces deux groupes ethniques minoritaires seront très souvent les cibles et victimes préférées des autorités fédérales (FBI, NSA et autres agences de sécurité et de contre-espionnage). Le noir ou l’arabe est 6 fois victime d’abus de toutes sortes, de préjugés et de violence inouïe ou étatique (Police, FBI, NSA…) que ce n’est le cas des autres groupes ethniques. Les autorités policières et fédérales ont officieusement l’autorisation de disposer de la vie des personnes issues de ces deux groupes, des éternels suspects de crimes ou de terrorisme pour la survie de la race blanche (Suprématie occidentale) et pour la sécurité des biens, des personnes, des citoyens, des intérêts et des territoires américains.

Les officiers et/ou agents fédéraux très zélés ou animés de sentiments suprématistes sont très souvent considérés comme de véritables héros, lorsqu’ils abusent de leur pouvoir en éliminant physiquement « la menace nègre » ou « le terrorisme islamiste ».

Les victimes des crimes raciaux ou racialement motivés, n’auront jamais une quelconque réparation ou la justice, processus consistant à punir les coupables ou les auteurs des crimes commis sur eux. Ces victimes seront uniquement considérées comme des victimes de dégâts collatéraux, des victimes sans-droits.

Le même système est aussi valable pour les ressortissants du Moyen-Orient soit assassinés lors des opérations militaires ou paramilitaires ou indéfiniment détenus sans aucune forme de procès ou la possibilité de passer devant un jury civil afin de présenter leur propre défense. C’est le cas des centaines de détenus du Moyen-Orient de Guantanamo Bay, Cuba.

Des prisonniers qui ne sont point reconnus par une quelconque juridiction et par conséquent des prisonniers ne satisfaisant point la Convention des Droits de l’Homme de 1951. Ils sont donc devenus par accident la propriété des Etats Unis d’Amérique, libre de disposer d’eux comme ils l’entendent sans que cela ne puisse créer des remous sociaux ou une quelconque indignation au sein de la communauté internationale. Il n’existe par conséquent aucune loi sur laquelle ces prisonniers ou combattants illégaux (Unlawful combattant) ne puissent se référer afin de réviser leurs conditions de détention ou challenger les autorités judiciaires ou même l’état américain.

Ces combattant illégaux sont considérés comme des prisonniers de guerre alors qu’ils ne satisfont point les critères ou le statut de prisonniers de guerre (POW), car n’étant point de véritables soldats ou issus d’unités constitutionnellement composées ou formées. C’est exactement ce qui rend très spécial et difficile le cas des prisonniers de Guantanamo Bay, des prisonniers ou détenus sans aucun droit.

En ce qui concerne les noirs ou stars aux Etats Unis D’Amérique, ces personnalités (Juges, Professeurs d’universités, Chercheurs, Savants, Inventeurs, Stars de la musique et du cinéma, Politiciens…) ne sont que des figurants dans un film hollywoodien, dont le producteur, le directeur et l’acteur principal est et demeure le caucasien.

Ces personnalités afro-américaines telles Oprah Winfrey ou encore des stars de la musique et du cinéma tels Beyonce, Jay-z, Rihanna, Eddie Murphy, Will Smith, Martin Laurence, Denzel Washington, Morgan Freeman et bien d’autres sont en réalité des purs produits de la société américaine, faisant d’elles des caucasoïdes ou des descendants d’esclaves ou d’africains occidentalisés, à ne point confondre avec des africains dits de souche ou africains n’ayant point connu l’esclavage ou la dénaturation, la déshumanisation, la des-africanisation imposées ou contenues au sein du système éducatif occidental. Ce système éducatif très défaillant et moins pertinent, corrompu, truffé de contre-vérités et préjugés suprématistes, faisant des anciens esclaves et leurs descendants des copies conformes du Maitre d’hier (esclave ou noir de salon diffèrent de l’esclave ou noir des plantations).

En clair, il existe deux types de descendants d’esclaves à savoir ceux qui furent très proches du Maitre, des domaines somptueux en leur qualité de domestiques, majordomes, cuisiniers, garde rapprochée, chauffeurs et finalement ceux qui furent l’épine dorsale de la richesse du Maitre à savoir les ouvriers, les cueilleurs et autres personnel travaillant dans les plantations de canne à sucre ou de coton.

De ces deux types d’esclaves ou de descendants d’esclaves, l’un continue jusqu’à ce jour à s’identifier uniquement au Maitre d’hier ou du moins à le ressembler traits pour traits. Ces personnes sont encore présentes dans nos communautés rejetant leur propre race ou leurs propres frères ou les traitant de « nègres ou d’illettrés ou de personnes sans éducation, sans culture, sans repère historique, sans véritable avenir sinon que le crime et la prison ».

Ces caucasoïdes rejettent tout de leur propre origine, de leur passé pour enfin se construire une sorte de bourgeoisie fausse afin de se faire accepter par le Maitre d’hier. Ils parlent fièrement de vivre dans des quartiers très chics à prédominance blanche ou pour avoir suivi des cours universitaires dans telle ou telle université prestigieuse de la place.

# Ce sont en réalité, les nouveaux esclaves volontaires d’une aliénation raciale et culturelle, faisant d’eux des personnes sans dignité, sans respect pour leur propre être, des personnes dont l’esprit et les connaissances sont totalement corrompus ou en crise morale et psychologique. Ces personnes sont souvent elles-mêmes victimes de leur propre naïveté intellectuelle et souvent victimes de toutes sortes de chantage et intimidations, des personnes répondant uniquement qu’à la voix ou aux commandes de l’ancien maitre afin de s’exécuter ou de se faire accepter. Une partie de leur « caucasoïdation » est le fait qu’il préfère des blondes aux yeux bleus en lieu et place des femmes de leur propre race.

Ces personnes sont-elles-mêmes des personnes entretenant les préjugés du maitre et traitant leurs propres semblables d’animaux ou de primates ou de descendants de primates, comme c’est le cas des rapports entre les anciens esclaves et/ou descendants d’esclaves prétendant être différents ou supérieurs aux autres noirs surtout supérieurs aux africains. Ceci est en réalité le travail nocif du système éducatif occidental afin de nier tout passé glorieux aux noirs, les maintenant dans une position de dominés ou d’esclaves ou de personnes assimilées etc.

Ces personnes détestent les noirs en général et n’hésitent même pas à prêter mains fortes à nos bourreaux d’hier afin de nous imposer leurs desiderata et faussetés. En d’autres termes, nous sommes nos propres bourreaux.

En clair, la Constitution américaine tout comme les autres constitutions occidentales contiennent encore les résidus du racisme, du fascisme, longtemps après l’abolition de l’esclavage et la déclaration universelle des droits de l’homme. Dans notre prochaine édition, nous vous proposerons une série de solutions idoines, afin d’éviter des affrontements armés ou l’instabilité de la cohésion raciale tant aux Etats Unis d’Amérique qu’en occident.

[Fin de la Deuxième partie]

ENSEMBLE POUR UNE AFRIQUE FORTE !

TEAM G.O.D THE LIGHT

Fait à Londres le 27 Août 2014.

Nick De Bessou Juriste & Anthropologue Politique.

Président du FDRC.

[Forum pour la Démocratie et la Résolution des Crises]

Suivez-nous sur Facebook :

Nick De Bessou et Nick De Bessou Officiel.

Suivez-nous sur Twitter : @nickdeBessou1

Suivez-nous sur le Blog : nickdebessou.over-com.

Suivez-nous sur le site internet : www.nickdebessou-info.com

Suivez-nous sur : www. fdrc-democratie.info

ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.
ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.
ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.
ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.
ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.
ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.
ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.

ILLUSTRATIONS (7 PHOTOS) DES EMEUTES RACIALES DE PROTESTATIONS ET INDIGNATIONS DE L'ETAT DU MISSOURI, ETATS UNIS D'AMERIQUE DEPUIS LE DEBUT DU MOIS D'AOUT 2014.

Commenter cet article