Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog politico-juridique

Royaume Uni-France-Cote D'Ivoire: Convergence 2020 ou le maintien d'un despote au pouvoir!

Publié le 2 Juillet 2014 par Nick de Bessou

Royaume Uni-France-Côte D’Ivoire : Convergence 2020 ou le maintien d’un despote au pouvoir !

De l’Emergence ratée de 2020 à la Convergence 2020 ! Une autre distraction de Ouattara !

 

Depuis le weekend dernier à Paris, un nouveau courant politique (?) aux allures écono-électoralistes fut présenté à la communauté musulmane dans le cadre du traditionnel jeûne précédant le Ramadan. Le concepteur de ce courant politique, M. Ali Touré, Premier responsable de la filière Café/Cacao à Londres depuis la prise de pouvoir des rebelles nordistes en Avril 2011, a cru bon de présenter à ses parents venus nombreux de partout, l’écouter, le soutenir puis épouser l’idée de converger toutes les forces vives de la Côte D’Ivoire avant l’avènement de l’Emergence, émergence faisant l’obsession maladive du Chef d’état ivoirien et ses suiveurs.

En réalité, la convergence des forces vives avant une quelconque émergence est l’une des solutions préconisées par le FDRC dans le cadre d’une émergence parfaite à l’image des états africains émergents ou en voie d’émergence. La convergence des forces vives d’un pays est donc salutaire pour une émergence mais ne saurait être l’unique solution pour l’avènement de l’émergence en Côte D’Ivoire.

Nous avions à plusieurs reprises interpelé les autorités d’Abidjan afin qu’elles revoient leur politique économique dite politique émergente car en déphasage total ou aux antipodes des normes requises ou nécessaires pour un état souhaitant l’émergence. Comme il fallait s’y attendre, elles sont restées sourdes.

Cependant, elles ont décidé de faire de la convergence l’unique voie  à adopter afin de parler en termes d’émergence, car la politique économique de Ouattara s’avérant inappropriée, défaillante et  prenant de l’eau de toutes parts.

Nous étions sérieusement concernés par la faiblesse des arguments avancés afin de justifier certains projets du régime Ouattara, inscrits sous le chapitre de la Côte D’Ivoire Emergente en 2020. Il est de nos jours évident que les autorités ivoiriennes, avec le concepteur en chef de l’Emergence ivoirienne, M. Alassane Dramane Ouattara, en tête de file, ont  fini par admettre leur échec lamentable pour la voie adoptée afin de faire de l’état ivoirien, un état émergent.

Nous pensions qu’avec ses soit disant compétences d’expert-économiste venu du FMI et de la BCEAO, M. Ouattara aurait déroulé tout un programme conséquent, pertinent avec des chiffres et autres graphes à l’appui afin de convaincre les populations ivoiriennes de son souhait de faire de l’état ivoirien, un pays émergent au même titre que le Ghana voisin ou le géant Nigérian. Nous nous sommes réellement trompés sur les compétences expertes de cet homme d’état qui faillit lamentable d’expliquer sa vision, de mettre en place une véritable politique économique, des lois pertinentes, des réformes des filières café/cacao, le développement du système routier afin  d’écouler les produits et autres marchandises vers les ports ou industries ou grands centres, la sécurisation du système routier inexistant, menacé par des coupeurs de route et exerçant des pressions énormes sur l’unique autoroute du pays (Autoroute du Nord), devenue  sous peu payante, la sécurisation des produits agricoles, miniers et pétroliers, la sécurisation des biens et des personnes, la sécurisation des frontières et de l’immigration clandestine, la sécurisation des recettes fiscales etc.

En clair, nous nous attendions à une série de lois pertinentes et des réformes nécessaires dans toutes les filières et finalement l’annonce de la création d’une monnaie ivoirienne et une banque centrale ivoirienne afin de débuter les projets tant souhaités par le Chef d’état ivoirien.

En lieu et place, nous fumes laissés sur notre faim, suite aux discours pompeux, creux et ennuyeux des tenants du pouvoir tentant dans la mesure du possible de séduire l’électorat du Président  Gbagbo en vue des échéances électorales de 2015.

En clair, l’émergence ne fut jamais réellement pensée et conçue convenablement comme le ferait un état sérieux. Ce fut plus de la pure propagande électoraliste et rien d’autres.

Dans un souci de se donner de la contenance, les projets du Président Gbagbo furent et sont honteusement présentés comme des réalisations du Chef d’état ivoirien afin de faire de lui un véritable bâtisseur contrairement à son prédécesseur malicieusement décrit comme « un paresseux et un incompétent ». Tout et absolument tout, provenant des actes et discours de cette clique d’incultes politiques fut dans l’unique but de poursuivre la politique de dénigrements et diabolisation de l’administration Gbagbo.

L’on a l’impression que ce régime est encore au pouvoir grâce aux actes disent-ils, criminels et de l’incompétence du Président Gbagbo. Leur souci est de démontrer par des actes et autres projets, leur capacité à transformer « la misère laissée par l’ancienne administration » en bonheur, joie voire émergence !

En d’autres termes, ils n’ont  jamais démontré avoir mis en exécution un projet cher à leur programme de gouvernement (Vivre Ensemble). Tout ce qui fut présenté aux ivoiriens, fut dans l’unique but de régler leurs comptes avec l’ancienne administration et non pour l’exercice du pouvoir pour la majorité des ivoiriens ou encore pour traduire dans les faits leur ambition pour la Côte D’Ivoire, ambition qui les poussa à prendre les armes, attaquer la mère patrie en Septembre 2002, orchestrer une rébellion, refuser de désarmer et libérer les territoires occupés afin de faciliter la réunification du pays et le redéploiement de l’administration et finalement la guerre civile de Mars/Avril 2011 en lieu et place d’un recomptage des voix, une solution pratiquée ailleurs (Etats Unis d’Amérique, Haïti, Afghanistan, Kenya, Ghana etc.), solution démocratique et civilisée faisant l’épargne de vies humaines.

Après avoir installé le chaos, nous nous attendions à des décisions et autres projets révolutionnaires afin de faire de la Côte D’Ivoire, « un état fréquentable et émergent ». Jusque-là, nous fumes témoins des aménagements spectaculaires et surfacturés des vieux bâtiments de l’Université d’Abidjan-Cocody à hauteur de 140 milliards CFA sans la prévision  de toilettes, de restaurants, de salles de TD, d’amphis, de micros, de climatisation centrale et finalement de logements et transports des étudiants.

En d’autres termes, 140 milliards CFA pour des pots de peinture et la main d’œuvre. Ceci est abusivement  présenté comme des actes ou des réalisations émanant de la politique émergente de notre seul expert-économiste devenu Chef d’état.

En réalité, cela a plutôt exposé la corruption des ministres et autres officiels du régime Ouattara et leur manque criard des principes de la bonne gouvernance.

L’on ne peut s’accrocher à des médiocrités pareilles et  s’enorgueillir ! Le faisant, l’on se présente comme une personne sans personnalité, une véritable fraude, un échec existentiel, un minable dans l’âme et dans les faits.

L’on ne peut prendre des résultats médiocres et souhaiter en faire la crème de la crème afin de diaboliser son prédécesseur. Quand l’on souhaite effacer le passé glorieux d’un adversaire politique, l’on pose des actes réfléchis, murs, sages et hautement intellectuels.

Le pouvoir n’est pas un concours de beauté dans lequel le candidat retenu pour la première place devient le roi (Bagnon) ou  la reine (Awoulaba).

L’on ne pose pas d’actes en fonction de ses adversaires mais plutôt en fonction de sa propre conviction, vision, politique, philosophie, ambition afin de se démarquer des autres. Le régime Ouattara doit une sorte de popularité grâce aux dénigrements et à leur politique de diabolisation du Président Gbagbo.

Dans les faits, ce gouvernement n’a jamais pu réaliser ses promesses électoralistes. La raison est que ce régime manque gravement de talents intellectuels, politiques et industrieux voire ambitieux afin de faire d’un parti tribaliste, un parti uniquement animé par le bien-être des ivoiriens en général. Comme il fallait s’y attendre, le parti tribaliste, le RDR, a fini par produire dans les faits son véritable agenda caché, celui du Rattrapage ethnique, une politique discriminatoire et fasciste.

En clair, nous avons des incompétents notoires jouant les bâtisseurs après avoir 10 ans durant détruit la Côte D’Ivoire.

C’est dans cet élan salvateur que le sieur Ali Touré, a décidé de créer un courant politique facilitant un forum d’échanges pour la convergence des forces vives du pays et suite à cela accorder une autre chance ou opportunité à l’émergence version Ouattara.

En clair, la convergence 2020 est une autre distraction politique afin de détourner les ivoiriens de la triste réalité de l’échec de la soit disant politique d’émergence. En bon Alassaniste, comme il souhaite tant être identifié, M. Touré a décidé d’inclure finalement les ivoiriens dans leur majorité dans le programme d’émergence, programme autrefois uniquement réservé aux nordistes et autres ressortissants de la sous-région.

Pour Ouattara et ses suiveurs, l’émergence est d’abord une affaire de parti politique et des militants de son parti. Toujours selon leur philosophie, philosophie brièvement expliquée plus haut, il s’agit de faire le deuil du Président Gbagbo et effacer toutes traces pouvant distraire ou encore séduire certains ivoiriens. Leur philosophie est de faire du Président Gbagbo, un chef d’état incompétent, un criminel, détournant les deniers publics pour sa famille et entourage et finalement un sanguinaire. De par cette attitude, le RDR souhaite subtilement et de façon subliminale le soutien tacite des populations, populations souhaitées être totalement débarrassées de toutes affections ou affinités d’avec le Président Gbagbo et finalement de vouer un culte divin à Ouattara pour avoir « sauvé la Côte D’Ivoire des griffes d’un dictateur, s’accrochant désespérément au pouvoir et massacrant systématiquement les populations nordistes proches des Ouattara ».

M. Touré était à Paris le weekend dernier pour le lancement de son courant politique, subtilement habillé de connotations ou colorations ethno-religieuses. Il profitait honteusement d’un évènement religieux pour les musulmans afin d’introduire par la petite porte ses desseins obscurs pour le maintien d’un véritable incompétent notoire, un despote, installé à la tête de l’état ivoirien, suite à une tempête de centaines de milliers de kilogrammes de bombes franco-onusiennes dites aussi bombes démocratiques.

Ce fut véritablement un tableau très triste et beaucoup alarmant. L’on se sert à nouveau de l’ethnie et de la religion afin de positionner le véritable architecte du Rattrapage ethnique. Le tableau était peu reluisant car dans les faits nous pensions connaitre le sieur Touré pour ses positions modérées et voire ouvertes. Ce fut tout sauf un évènement à retenir dans les annales.

Ce fut une véritable honte, une comédie présentée sous formes de souhait pour le bien-être des populations ivoiriennes en général.

Le spectacle fut une sorte d’allégeance à l’islam et son nouveau prophète, le Prophète et Demi-Dieu Alassane Dramane Ouattara.

Pourquoi M. Touré résidant à Londres, choisit-il Paris pour le lancement de son mouvement ? Pourquoi Abel Naky fut-il l’unique chrétien parmi les invités musulmans ? Est-il (Abel Naky) un one-man-show donc sans collaborateurs au sein de son parti ? Pourquoi les autres leaders politiques ou d’opinions ne furent-ils pas invités ou conviés au lancement du mouvement ? Pourquoi Diaby Youssouf, originaire du nord de la Côte D’Ivoire, musulman de confession et Porte-parole du Ministre Charles Blé Goudé, ne fut-il pas invité à cette cérémonie ? N’est-il plus musulman depuis son choix opéré de faire l’opposition à Ouattara ? Est-ce donc Ouattara, le vénéré Prophète du RDR, choisissant qui parmi nous, est apte à être appelé Musulman ou Kéfir ou « Boussoumani » ? Autant de questions pertinentes à l’ endroit de notre ami et adversaire politique, M. Ali Touré !

En effet, nous fûmes à maintes reprises approchés par M. Touré, tentant de nous associer à son projet de Convergence 2020. En bon démocrates, nous l’écoutions donner ses raisons et son ambition pour la Côte D’Ivoire. Il avait aussi tenté de nous convaincre du bien-fondé de ce courant politique se démarquant de l’extrémisme légendaire du RDR. Pour un instant, nous fûmes tentés de participer à un tel forum avec pour préconditions que nous apportions nos remarques pertinentes sur les anomalies de la politique dite émergente du Chef d’état ivoirien.

Nos remarques furent autour de la libération totale des détenus politiques, du retour sécurisé des ivoiriens en exil, leur dédommagement pour tous les inconvénients causés, la restitution de leurs biens immobiliers, le dégel de leurs avoirs, leur réinsertion dans leurs différents corps professionnels, le rappel des soldes, la sécurité et la justice pour tous, la fin de l’impunité et les EGR (Etats Généraux), pouvant faciliter la compréhension de la crise ivoirienne, faciliter des échanges francs, ouverts et contradictoires et finalement la réconciliation.

Une fois ce processus engagé, il sera beaucoup plus aisé pour tous les partis politiques et le régime afin de tabler sur la révision des textes et la composition de la Commission Electorale Indépendante (CEI), la révision de la liste électorale (évitant d’inclure les nouveaux naturalisés afin d’éviter une autre crise de confiance), le recensement général des populations, la sécurisation de l’appareil électoral à savoir accords communs de maintenir l’actuel Président du Conseil Constitutionnel ivoirien, le Professeur Francis Wodié et son équipe, en place ou officiellement secondés par de nouveaux conseillers issus d’autres formations politiques, après la révision des articles 90 et 91 portant sur la nomination et le fonctionnement de cette institution, le désarmement des chasseurs traditionnels ou Dozo et les ramener dans leur sphère naturelle, l’encasernement des FRCI occupant illégalement les villes, villages et hameaux, le redéploiement de la Police et Gendarmerie sur l’ensemble du territoire, leur réarmement et équipement logistique à savoir véhicules, moyens de communication et la libération des postes et autres lieux de la sécurité illégalement occupés par les troupes rebelles de Ouattara (BAE, CRS1, CRS2 et Grande base d’unités spéciales de la Police de Yopougon-Port-Bouët), la sécurisation des bureaux de vote par des patrouilles mixtes de la Police, Gendarmerie et des troupes de l’Union Africaine, la supervision et la certification des élections par des émissaires de l’Union Africaine etc.

 En d’autres termes, voilà les quelques conditions à satisfaire afin de réussir la convergence. La seconde partie sera de faire voter des lois à partir de la politique organique portant sur l’émergence et faciliter la transition de la monnaie CFA à la nouvelle monnaie ivoirienne, avec comme garantie, une banque centrale.

Il est  virtuellement impossible de parler en termes d’émergence sans pour autant avoir satisfait bon nombre de critères. La monnaie locale ou de l’état souhaitant  être émergent est la première condition à remplir, facilitant une autonomie et le contrôle de l’inflation et finalement facilitant la valeur en or ou produits clés faisant office de valeur numérique pour la production nécessaire de nouveaux billets de banque.

Une économie stable dépend de la valeur marchande des produits ou  de l’or en réserve. Par conséquent, seule la banque centrale ivoirienne est a même de donner une certaine valeur à sa monnaie, le taux de croissance ou encore le niveau de l’inflation et les solutions idoines afin de la contrôler. Tout ce mécanisme financier ne peut être fait par une autre nation ou un groupe de financiers. Ils peuvent ne pas partager votre enthousiasme pour l’émergence ou encore imposer des intérêts exorbitants, exposant dangereusement la stabilité de l’économie. Sans une économie stable, l’on ne peut parler en termes d’émergence. Pour cela, il faudra avoir les solutions appropriées pour la  stabilité de l’économie et surtout de l’inflation. Tout ceci est possible si et seulement si un état sérieux prend le temps et  la peine de mettre sur papier ou projet de gouvernement une telle ambition économique pour son pays. Ce qui n’est pas le cas de Ouattara, annonçant à tue-tête l’émergence mais en réalité en pleine immergence de dettes publiques et coloniales.

L’on ne peut compter sur le voisin et sa générosité afin de nourrir ses propres enfants ! Quel est cependant l’intérêt du voisin à nourrir vos enfants et votre responsabilité en tant que père ?

C’est cela l’émergence version Ouattara, une émergence inachevée car uniquement motivée par des gains électoralistes. En clair, une pure distraction et de la poudre aux yeux ! Vraiment ironique ! Le Chef d’état est censé être un expert-économiste !

 

La convergence signifie aussi la confiance des populations en un projet commun pour le bénéfice ou bien-être des populations et non pour la propagande d’un individu, son groupe ethnique ou religieux ou son parti.

La convergence 2020 est loin d’inspirer confiance dans la mesure où elle est très sélective. Elle s’adresse uniquement aux personnes partageant  la vision du Chef d’état ivoirien. Les opposants sont royalement écartés comme ce fut le cas de Diaby Youssouf (Musulman et opposant), de Franck Lutté (Chrétien et opposant), de Willy Blah (Chrétien et opposant) et de Zap Krasso (Chrétien et opposant), tous des leaders d’opinions ou de mouvements politiques en France, malicieusement et délibérément écartés pour leur conviction politique et prises de positions non négociables, à ne pas confondre avec hostilité  et ou extrémisme.

Ils sont eux-aussi des dignes fils de la Côte D’Ivoire, frauduleusement gouvernée par Ouattara et son entourage. Ils avaient aussi le droit d’être conviés à la rencontre du weekend dernier au même titre qu’Abel Naky, afin que ces derniers assènent leur part de vérités.

C’est aussi cela le jeu démocratique, la contradiction, apparemment une chose pas du tout communément partagée par les tenants du pouvoir.

La rencontre du weekend dernier fut une chorégraphie politique afin de distraire les ivoiriens. 

Il ne s’agit pas en réalité de rassembler les ivoiriens autour d’un intérêt commun, la Côte D’Ivoire, mais plutôt pour l’unique gloire d’un has-been tentant de s’accrocher désespérément au pouvoir malgré son maigre rendement. C’est cela la grosse arnaque du weekend dernier à Paris, sous la houlette d’un expert des experts en propagande ouattaradienne. Quelle honte !

Nous osions croire que le camarade Abel Naky aurait compris le mécanisme propagandiste du RDR afin de l’associer à leur morbide tentative de séduire les populations ivoiriennes de leur sincérité à aller à la réconciliation avant l’émergence.

La Convergence 2020 est une véritable fraude sinon une autre campagne électoraliste afin de maintenir un tyran et fossoyeur de l’économie ivoirienne au-delà de 2015. C’est cela la vérité ! Il  ne s’agit pas d’émergence pour tous, mais plutôt une convergence émergente à la gloire du nouveau  prophète du RDR, le sieur Ouattara.  Les ivoiriens sont ainsi avertis et devront prendre les mesures ou la décision s’imposant afin de mettre un terme à cette distraction de mauvais gout.

Ne pouvons-nous jamais atteindre l’émergence sans Ouattara au pouvoir ? Sans Ouattara, n’y-aura-t-il jamais d’émergence en Côte D’Ivoire ?

Faire le culte de la personnalité d’un individu ne le méritant point, c’est induire les ivoiriens en erreur. Ceci est très malhonnête, surtout provenant d’un ami et un adversaire pour lequel nous avions beaucoup d’admiration. Comme quoi, en politique, il faut s’attendre à tout et ne jamais assumer connaitre son adversaire.

M. Touré vient de confirmer dans les faits cette assertion. Nous lui sommes très reconnaissants et attendons impatiemment un remake de sa rencontre de Paris à Londres.

 

ENSEMBLE POUR UNE AFRIQUE FORTE !

 

Fait à Londres le 02 Juillet 2014.

 

Nick De Bessou

Juriste & Anthropologue Politique.

Président du FDRC

Président du FDRC

[Forum pour la Démocratie et la Résolution des Crises]

Suivez-nous sur www.fdrc-democratie.info

Suivez-nous sur www.nickdebessou-info.com

Suivez-nous sur Twitter: @nickdeBessou1

Suivez-nous sur le Blog: nickdebessou.over-blog.com

Suivez-nous sur Facebook: Nick De Bessou et Nick De Bessou Officiel

 

M. Ali Toure, Patron de la filiere cafe/cacao a Londres, Royaume Uni et concepteur de la Convergence 2020!

M. Ali Toure, Patron de la filiere cafe/cacao a Londres, Royaume Uni et concepteur de la Convergence 2020!

Commenter cet article