Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog politico-juridique

COTE D'IVOIRE: SPECIAL COTE D'IVOIRE: LES DESSOUS DU COMPLOT(4)

Publié le 29 Juillet 2014 par Nick de Bessou

CÔTE D’IVOIRE : SPECIAL CÔTE D’IVOIRE : LES DESSOUS DU COMPLOT (4).

FINALEMENT AFFI AVOUE SES VRAIES INTENTIONS ET SA VISION POUR 2015 SANS GBAGBO !

« LA PAGE GBAGBO EST DÉSORMAIS TOURNÉE! (…) »

QUEL AVENIR POUR LES IVOIRIENS SUITE A LA VISITE D’HOLLANDE ?

[DOSSIER EXCLUSIF ET ÉDITORIAL DU FDRC].

[Quatrième partie].

(AMES SENSIBLES ET INTELLECTUELS PARESSEUX, S’ABSTENIR SVP !)

La camarade Marie-Odette Lorougnon en pompier ou le schéma classique de la Françafrique :

« Nous ne devons pas blanchir les dents de notre adversaire ! ».

« (…) Il y a une direction au FPI et non des camps. Nous n’avons pas le droit d’avoir des camps au FPI pour ne pas détruire l’instrument que Gbagbo nous a laissé. Le camp du militant, c’est le FPI. N’écoutez pas les oiseaux de mauvais augure. Il n’y a pas de camp Affi, ni de camp Akoun ! Il n’y a que le FPI que Laurent Gbagbo a créé ! Il y a une direction du parti et des incompréhensions peuvent naitre (…) ».

Les remarques scientifiques du FDRC :

1. Existe-t-il encore une Direction du parti selon la lettre et l’esprit des textes du parti ? Comment gérions-nous à l’époque nos différends ou les incompréhensions ?

Est-ce au sein du bureau ou en conclave lors des débats contradictoires (force du parti) afin de trouver des solutions ou des compromis ou de façon publique à travers points de presse ou conférences de presse ?

Une Direction sérieuse règle ses problèmes en interne en ouvrant les vannes des débats contradictoires afin de se faire comprendre, de trouver des solutions aux problèmes ou d’apporter des arrangements politiques ou des compromis afin de contenter tout le monde, présenter un front commun devant l’adversaire. Une Direction ne laisse jamais des problèmes pourrir les activités ou les efforts du parti. La gestion des hommes n’est pas une chose aisée. Seul un vrai leader, doué d’une sagesse, d’humilité, de responsabilités et de patience mais et surtout attache aux valeurs cardinales des textes du parti ou de la philosophie ou l’idéologie du parti, s’effacera pour l’intérêt du parti, car l’objectif du parti est de gouverner ou la gestion du pouvoir étatique.

Par conséquent, tout bureau est une sorte de « Shadow Government » ou un gouvernement dans l’ombre du régime en place. Ceci sous-entend que chaque acteur au sein du bureau est plus ou moins appelé à diriger un ministère si le parti arrive à se faire élire sur son propre projet de gouvernement. En d’autres termes, il y aura des individus qui tenteront de donner la primeur de leur sérieux quant à leur département respectif ou futur ministère selon l’idéologie du parti.

Le FPI fut par le passé, un membre actif de l’International socialiste jusqu’à la veille du 11 Avril 2011.

En d’autres termes, le parti est d’une tendance socialiste et le socialisme met les intérêts et le bien-être des populations au centre de tous ses débats d’où le préfixe « social » qui vient de « société », qui signifie communauté ou groupe d’individus de différentes sensibilités politiques, religieuses, ethniques etc.

Extrait du Dossier exclusif du FDRC sur la crise au sein du FPI, publie le 24 Juillet 2014 :

[Si, camarade-Président, il existe bel et bien une crise profonde au sein du parti ! Un parti politique est une organisation régie par des règles et codes, lesquels codes ne doivent souffrir d’aucune violation ou abus.

Un leader politique est celui-là même qui convoque son bureau afin de partager sa vision du parti et au-delà du pays afin de recueillir leur avis, critiques, encouragements ou soutien.

Un leader politique ne prend jamais de décision cavalière ou il ne prend jamais l’engagement de faire taire les voix dissidentes au sein du parti.

Au contraire, le vrai leader, est celui-là même qui écoute les voix dissidentes afin d’accommoder leur(s) préoccupation(s) ou tout au moins trouver des compromis pour le bien-être du parti ou pour la bonne marche du parti.

Un leader politique est celui-là même qui s’attache foncièrement aux décisions prises en conclave ou au niveau des instances importantes, en fait siennes et les applique au nom du parti, sans y apporter des modifications ou mettre de côté certains aspects pouvant compromettre les intérêts de certains individus.

Un parti n’est pas un club d’amis mais plutôt une organisation politique dont l’objectif est l’exercice du pouvoir d’état ou la gestion de l’état.

Un véritable parti politique n’accompagne jamais, les autres partis aux élections même si des alliances et autres accords furent tissés par le passé.

Si un parti souhaite accompagner un autre au pouvoir, il devra officiellement le déclarer et parler en termes de coalition ou encore en qualité de groupement politique comme le RHDP ou LMP etc.

Ce sont là, quelques aspects de la crise profonde minant le parti du Président Gbagbo, actuellement conduit par le Président Affi N’Guessan.

Le Nouveau Secrétariat Général est le couronnement des abus et autres violations des textes du parti et l’abus de pouvoir de l’actuel maitre des lieux.

La création du Secrétariat Général ne fut jamais l’objet de discussions et de consensus.

Ce fut plutôt un acte cavalier ! Que cachait-il donc à ne point consulter ses proches collaborateurs, si le Secrétariat Général a des nouvelles ambitions pour le parti ?

Est-ce réellement le cas ou de la pure distraction ?

L’on ne change l’équipe dirigeante d’un parti ou mouvement politique que si les ambitions ou la vision du parti, exige de nouvelles personnes avec des compétences pertinentes etc.

Est-ce le cas avec la mise à l’écart, des gurus du parti, de véritables politiciens chevronnés, capables d’affronter dignement et fièrement tous les défis à venir et les remplacer par des personnes sans présence politique ou expertise quelconque ?

Avons-nous réellement fait du bien au parti ou avons-nous agi pour notre propre compte ? Si l’intention était si bonne ou parfaite, pourquoi le Président Gbagbo s’y oppose, pourquoi la Première Dame offre sa démission suivie par celle de son fils Michel Gbagbo, pourquoi les caciques comme Laurent Akoun, Tapé Kipré, Justin Koné Katina et Alphonse Douaty s’y opposent-ils ?

Comment est-il possible que seul le clan Affi est capable de comprendre la stratégie de ce dernier ?

Une stratégie est dite bonne, si et seulement si elle attire l’approbation de la majorité ! Il est du devoir du bon leader d’expliquer dans les moindres détails sa stratégie à ses propres collaborateurs et non aux collaborateurs de deviner la stratégie en question.

Un tel leader a lamentablement failli ses propres collaborateurs, si ces derniers vont en public afin de le rappeler à l’ordre !

Le camarade-Président Pascal Affin N’Guessan a-t-il réellement fait les choses selon les normes, en toute transparence et selon la vision du parti ?

Est-ce le cas actuellement avec la démobilisation de certains militants et sympathisants, la déception lue sur le visage de nombreux ivoiriens et le désaveu cinglant du trio Akoun-Kipré-Douaty ?

Le camarade-Président peut-il soutenir sans ambages vivre la galère, lui qui bénéficie d’une armée de gardes rapprochées, un véhicule flambant neuf pour véhicule de commandement et s’offrir le luxe d’offrir un million CFA pour la collecte du FPI, alors que ses avoirs furent gelés, le financement du parti bloqué depuis Avril 2011, les militants étant beaucoup plus pauvres qu’ils ne l’étaient par le passé et finalement avec les comptes du parti eux-aussi faisant l’objet de sanctions internationales ?].

Le bureau du camarade-Président Pascal Affi est une sorte de royauté akan. Une fois qu’il finit de s’exprimer, cela ne peut être challengé ou commenté. Sa décision est prise comme parole d’évangile.

Comment souhaitez-vous que les camarades Akoun, Sangaré, Kipré ou Douaty puissent vous convaincre, camarade Lorougnon ou s’opposer à un tel dictateur en cravate ?

Seule l'humiliation publique peut ramener certains egos à la raison !

C’est ce qui fut fait ! Et si cela fut fait, c’est justement votre complicité tacite à les maintenir dans un mutisme inquiétant !

Vous devez vous considérer comme celle qui joue le rôle trouble entre ses hommes, tentant de passer inaperçue avec vos charmes et vos interventions voilant à peine vos intentions ou ambitions ou besoins alimentaires et vestimentaires.

2) Où étiez-vous camarade Marie-Odette Lorougnon depuis le 11 Avril à nos jours ? Pourquoi aviez-vous observé un mutisme complice et coupable jusqu’à votre sortie du 28 Juillet 2014 ?

Avez-vous finalement regagné l’usage de la parole ou encore êtes-vous en train de nous distraire à nouveau ?

Parlant de « blanchir les dents de l’adversaire (…) », vous et votre Président Pascal Affi, vous l’avez si bien fait de sorte qu’il n’existe point de différences de lignes partisanes entre le FPI et le régime tortionnaire de Ouattara.

Par conséquent, bonnet blanc, blanc bonnet !

C’est cela notre cri de cœur et celui des camarades Akoun, Kipré, Douaty, Katinan, Michel Gbagbo, Simonne Ehivet Gbagbo et du Président Gbagbo. Vous êtes l’unique personne ou dame à faire passer les personnes citées plus haut comme des oiseaux de mauvais augure ! Quel culot, camarade Lorougnon ! Ressaisissez-vous sinon vous allez droit dans le mur !

Etes-vous en train de nous apprendre qu’il existerait une quelconque ligne partisane ? Laquelle ?

Nous avions l’impression que l’unique ligne partisane et communément partagée fut et est « "Pas d’élections sans Gbagbo ! » ou « Gbagbo ou rien ! ».

Est-ce réellement le cas avec le soit disant stratège-souverain- politique Pascal Affi N’Guessan ?

Pour votre gouverne, le camarade-Président Pascal Affi N’Guessan avait mis en place le TSO (Tout Sauf Ouattara) quelques mois en arrière, un groupement politique de 11 partis politiques de la gauche à l’image de la Majorité Présidentielle. Ceci dans l’unique but de participer aux élections avec la candidature d’un certain Affi, représentant le parti.

L’acte ou l’exercice civique des africains n’est que pure comédie politique, car ce ne sont pas les électeurs africains en général qui décident mais plutôt un groupe d’individus depuis leurs bureaux huppés en occident.

Ceci est en réalité confirmer que la démocratie n’est toujours pas effective en Afrique, depuis 1990 à nos jours.

La France souhaite politiquement éteindre le Président Gbagbo et positionner une nouvelle classe de socialistes beaucoup plus modérés ou influençables. Affi joue parfaitement ce rôle car étant lui-même un frustré du parti, frustration qu’il attribue malicieusement au Président Gbagbo qu’il soutient l’avoir demis de ses fonctions au lendemain de la signature des accords de Kléber ou Marcoussis. Il en veut terriblement à son mentor pour ne point l’avoir reconduit en Décembre 2010, suite à la victoire du parti et son groupement politique.

La nomination du savant-économiste, le Professeur Aké N’Gbo fut un affront de trop, selon son entourage.

Selon ces mêmes idiots et politicards : « Un chef akan ne se remplace jamais ! Il meurt au pouvoir ! L’historien Gbagbo l’a-t-il oublié ? ».

#En clair, il existe deux courants politiques au sein du parti, à savoir les pro-Affi et les partisans des élections de 2015 et les Pro-Gbagbo purs et durs (représentés par Akoun et d’autres camarades), partisans du slogan « Pas d’élections sans Gbagbo ! » ou « Gbagbo ou rien ! ».

Qui cherchez-vous, camarade Lorougnon à distraire ?

Nous autres au FDRC, encore dénigrés ou diabolisés d’être des oiseaux de mauvais augure ou les camarades Akoun, Sangaré, Kipré, Douaty, Katinan, Michel Gbagbo, Simonne Gbagbo et le Président Gbagbo lui-même ? Nous attendons plus de précisions de votre part ou votre service de communication en ce qui concerne la vraie identité des trouble-fêtes.

Vous étiez une icône de le gente féminine au sein du parti et à travers le pays. Vous êtes de nos jours l’ombre de vous-même pour votre âme corrompue par des promesses fallacieuses d’un Affi, visiblement en mauvaise posture et ayant besoin de vous comme le pompier-pyromane selon la doctrine du « Divide and conquer » ou « Diviser pour mieux régner ».

Vous êtes uniquement tolérée auprès d’Affi N’Guessan pour uniquement cette mission. Vous êtes dans un engrenage politico-ethnique qui dépasse votre entendement intellectuel. Vous êtes d’abord de la mauvaise ethnie et de la mauvaise region et du mauvais sexe.

La page des bétés est dépassée, tournée car « ils ont lamentablement échoué en 10 ans de pouvoir. Place aux vrais leaders, les akans ! ».

Vous n’êtes en réalité qu’un pion essentiel pour affaiblir votre frère et Président de la République de Côte D’Ivoire ! #

Vous remarquerez plus tard à partir de vos propres observations ou vos services de sécurité que vous n’êtes jamais associée aux grandes décisions stratégiques mais plutôt associée à des petites cérémonies ou évènements pour faire beau et donner l’impression d’une cohésion au sein du parti.

Votre rôle consiste à rassurer nos parents bétés (Nick De Bessou est originaire de Gagnoa), sur lesquels Affi compte pour se faire élire en plus du Sanwi, de l’Indenié et des autres régions favorables au FPI.

Le prétexte à avancer pour séduire nos parents analphabètes, c’est de faire croire que la victoire d’Affi facilitera la libération de leurs enfants Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

Encore une fois, Affi joue sur la fibre ethnique ou tribaliste afin de se maintenir a la tête du parti jusqu’aux élections de 2015.

Est-il nécessaire de vous rappeler, camarade Lorougnon, que le parti s’oppose farouchement au tribalisme, népotisme, à la gabegie et au racisme ? Et pourtant, le passage du camarade Affi N’Guessan à la Primature de 2000 à 2003, fut affectueusement connu comme le BONGOUANOU BUSINESS CENTRE, pour la forte population de ressortissants de l’Indenié, ou de Bongouanou en général.

Veuillez pour votre propre appréciation, consulter la liste du personnel de cette institution de 2000 à 2003 pour vous en convaincre !

Ceci fut aussi l’une des raisons de son limogeage !

3) « Il n’y a pas de camp Affi, ni de camp Akoun ! ». C’est vous qui le dites, camarade Lorougnon !

Il y a bel et bien un camp Affi et vous en avez connaissance !

Vous avez le devoir en tant que responsable de parti politique d’etaler votre honnetete intellectuelle si votre intention est d’apporter une solution durable au malaise au sein du parti. Pour cela vous ne devez en aucun cas prendre le parti d’un camp ou un autre et demeurer « neutre, juste, équitable, responsable et sage » afin de réconcilier les deux factions.

Tenter comme vous le faites, vaille que vaille de nier l’existence d’une crise aussi profonde et visible à l’œil nu, c’est souhaiter donner ses propres camarades dissidents en pâtures ou à la vindicte populaire.

Ceci est très malhonnête, venant de vous ! Votre attitude démontre bel et bien un agenda caché dans lequel vous êtes censée jouer le rôle de la rigueur du parti, de la justice et de la sagesse et ensuite faire passer vos propres camarades et collaborateurs pour des trouble-fêtes ou des rebelles ou des personnes mal intentionnées ou des personnes égarées ou encore des personnes tentant de déstabiliser la Direction du parti.

En clair faire de ces camarades les ennemis numéros "un" du FPI et donc contre les intérêts du parti et contre la libération du Président Gbagbo.

Quelle malhonnêteté !

Vous avez étalé vos talents de manipulatrice confirmée des faits et des masses.

Faut-il vous féliciter pour ce talent ou craindre pour le pire pour nos propres populations ?

Il existe bel et bien un camp Affi depuis belle lurette et le FDRC avait suffisamment communiqué là-dessus, tentant à l’époque d’éviter la fragilisation du parti.

Si vous aviez une certaine présence politique, un certain poids politique et un certain pouvoir décisionnel et pour finir si vous étiez animée d’une certaine loyauté aux militants et aux membres fondateurs du parti, vous auriez dû faire votre intervention d’hier (28 Juillet 2014) longtemps avant, afin de rétablir la cohésion au sein du parti.

Vous n’êtes pas du tout ignorante du fait de bicéphalisme existant entre le siège social sis à la Riviera Attogban et les camarades de la Coordination du PFI en exil, au Ghana. Les décisions du siège social n’ont aucun effet sur la coordination du FPI en exil et vice-versa. Les camarades du Ghana pour la plupart ne se reconnaissent point en la Présidence d’Affi car celle-ci est caduque, illégale et arbitraire depuis 2007.

Les camarades ne se reconnaissent uniquement qu’en GBAGBO OU RIEN !, d’où le slogan « Gbagbo ou rien », leur propre invention !

Ceci est la vraie nature de leur refus de rentrer au pays selon la volonté conjointe d’Affi et son nouveau partenaire Ouattara, en l’absence de lois pertinentes garantissant un retour sécurisé, une amnistie et la cessation des poursuites judiciaires ou les mandats d’arrêt internationaux pesant sur la plupart d’entre eux, la restitution de leurs biens immobiliers, le dégel de leurs avoirs, la réintégration professionnelle et le rappel des soldes, la garantie légale pour la libération de tous les prisonniers politiques et militaires, la réinsertion ou réintégration de tous les corps habillés considérés comme déserteurs ou radiés des effectifs de l’Armée ou la Gendarmerie ou la Police ou les trois corps combinés, le rappel de leurs soldes, la restitution de leurs biens immobiliers, le dégel de leurs avoirs, l’avancement en grade selon leur ancienneté suivi de mesures accompagnatrices ou avantages salariaux, la réhabilitation des forces régulières (Police, Gendarmerie, Armée), l’encasernement des FRCI car illégalement créées le 17 Mai 2011, bien avant l’investiture du Chef d’état Ouattara, le désarmement des bandes armées et supplétifs paramilitaires ou chasseurs traditionnels (Dozo) et enfin leur renvoie dans leur sphère géographique ou naturelle. Telles sont en grande partie les conditions non négociables des camarades du Ghana avant toute décision de convaincre les milliers de militants du FPI dont ils ont la charge et la responsabilité de gérer et d’encadrer malgré leurs maigres moyens.

Si vous ne vous reconnaissez pas en ces conditions ou si vous ignorez totalement l’existence de ces conditions, alors vous êtes sur une autre planète ou encore vos proches collaborateurs y compris Affi N’Guessan, vous maintiennent dans l’ignorance la plus totale.

Aussi bon nombre de délégations furent envoyées au Ghana afin de convaincre nos camarades à prendre l’engagement ferme de rentrer afin de démontrer de leur bonne foi pour le processus de paix.

Etait-il nécessaire de corrompre certains individus à rentrer afin de désavouer les camarades résistants ou hostiles au retour en Côte D’Ivoire ?

N’est-il pas naturel de regagner son pays natal après quelques années passées en exil, loin des parents, amis, collègues ?

Ces mêmes délégations n’ont jamais programmé une visite de courtoisie à la génitrice du Président Gbagbo, Dame Gado Marguerite, elle aussi en exil au Ghana.

Vous, camarade Lorougnon n’aviez jamais osé lever le petit doigt afin de faciliter une visite à cette dame d’un âge très avancé, séparée brusquement de son fils depuis le 11 Avril 2011 et peut-être sans aucune opportunité de le revoir avant qu’elle nous quitte brusquement !

Le champ d’actions ou d’activites des délégations ne fut jamais élargi afin d’accommoder les visites de courtoisie à la famille Gbagbo (Sœur Jeannette Koudou, les jumelles et Dame Gado Marguerite) vivant presque dans le dénuement total, car leurs comptes bancaires furent aussi gelés sans oublier leur passeport de service ou passeport diplomatique retiré ou annulé et aussi le refus du régime Ouattara de leur accorder des passeports ivoiriens.

Leur crime ? C’est de porter le patronyme « Gbagbo » ou être des parents « du dictateur Gbagbo ».

Le FPI ne fait absolument rien afin de réhabiliter cette famille très éprouvée, étant séparée de père, mère et fils. Et pourtant, vous encouragiez les militants du parti en Février dernier à prier pour le prompt rétablissement du Dictateur de Sindou !

Vous avez dit socialisme ou individualisme ? Ou pure humiliation délibérée ?

Qu’avez-vous exactement fait, camarade Lorougnon, en tant que responsable du parti, mère de famille et de surcroit une digne fille de la région natale du Président Gbagbo ? Absolument rien !

Au contraire, vous soutenez tacitement la thèse et la posture selon lesquelles cette famille doit être ou mérite d’être humiliée, souhait de la France et de Ouattara, votre nouveau partenaire politique.

Par conséquent le FPI version Affi = le RDR, donc blanc bonnet, bonnet blanc !

Camarade Lorougnon, vous avez failli en tant que responsable politique, en tant que mère, en tant que socialiste, en tant qu’un être humain ! C’est cela le schéma classique du « Divide and conquer ».

Votre régime ou besoin alimentaire et vestimentaire passent avant tout, même les intérêts ou le bien-être de vos proches collaborateurs, parents et militants.

Que s’est-il réellement passé entre le 11 Avril au 28 Juillet 2014, pour que vous vous transformiez en un monstre à l’image du dictateur que vous servez ?

Telle est la question récurrente sur les lèvres de nos parents de la région du Goh.#

Oui, nos parents, certainement très intimidés par vos relations criminelles ou votre rapprochement de la rébellion ou du régime dictatorial de Ouattara, n’osent pas encore vous confronter ou vous soumettre leurs inquiétudes quant à la survie de leur ethnie, de leurs leaders arrêtés et de la traitrise légendaire des fils et filles de la région à livrer mains et pieds leurs leaders politiques depuis le Sénateur Dignan Bailly, Opadjelet Kragbé Gnagbé, Victor Biaka Boda, et de nos jours le Président Gbagbo et leur dernier espoir Charles Blé Goudé.

Qu’est-ce qui vous arrive exactement, vous nos ainés et leaders, à savoir Dakoury Louis-André, Danon Sébastien Djédjé, Allou Bitty Eugène, Sokoury Bohui, Djédjé Bagnon, Bertin Kadet et vous-même, Marie-Odette Lorougnon ?

Pourquoi faites-vous la HONTE de nos propres parents et l’humiliation de notre région et notre beau peuple, un peuple courageux, bosseur, intelligent et comme le soutenait un anthropologue britannique, le peuple juif perdu en Afrique de l’ouest ?

Nos parents y compris Dame Gado souhaitent réellement savoir pourquoi vous ne protéger jamais votre propre héritage au lieu de l’exposer à la vindicte populaire ou à la mort certaine (CPI) ?

Qu’avez-vous obtenu en temps réel de votre duplicité et vos raccourcis politiques ? Qu’avez-vous obtenu sous Houphouët-Boigny en termes de ministères d’état ?

Vous vous êtes contentés de ministère sans réel portefeuille ou des ministères pour la circonstance.

Dieu nous a fait encore la grâce de nous envoyer de nouveaux leaders politiques (Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé) et encore vous, nos ainés veuillez à ce qu’ils soient physiquement éliminés afin que vous ne soyez les seuls visages politiques dans la région, vous vous illicitement enrichissant et ne partageant point mêmes les carcasses de vos plats avec les plus démunis de vos propres parents et amis.

Vous aviez construit des domaines somptueux à Gagnoa grâce au Président Gbagbo et aussi grâce à vos activités politico- criminelles comme c’est le cas de Bitty Allou Eugène et sa résidence de 2 milliards CFA sans oublier son complexe hôtelier de luxe 4 Etoiles à Gagnoa et de Sokouri Bohui, lui un simple député avant un grand domaine s’étendant sur plus de 16 hectares dans son village natal.

Toutes ces réalisations prestigieuses dans une ville sans route nationale la reliant aux autres villes et impraticable ou inaccessible par la route depuis N’Douci. Vraiment triste et ridicule chère ainée !

C’est à ce juste titre que le Président Gbagbo empruntait la voie partant de Yamoussoukro via Sinfra afin de regagner Mama! N’est-ce pas honteux tout ceci !

Ceci explique pourquoi la rébellion soutient que le FPI n’a rien fait en 10 ans de pouvoir et que depuis quelques mois, le camp Affi aussi soutient que la page des bétés est définitivement passée car ils ont lamentablement échoué.

Nous sommes d’avis malheureusement avec le camp Affi bien que nous ne partageons point leur posture tribaliste !

Nous sommes nos propres bourreaux, comme nous au FDRC avons coutume de le dire !

Qu’avez-vous obtenu de profitable pour la région depuis la visite tapageuse du rebelle-assassin (qui aurait même tenté d’assassiner votre propre frère et Président de la République de Côte D’Ivoire, selon un diplomate français) et ses promesses de sortir notre région de la misère, selon eux créée par le Président Gbagbo.

En réalité, c’est vous autres, fils et filles de la région qui aviez facilité sa chute et son transfèrement à la Haye pour des miettes en banque, les jeunes filles infectées de VIH/SIDA avec lesquelles vous vous affichez publiquement, une sorte de bourgeoisie africaine en contradiction avec les personnages que vous êtes censés représenter, des domaines à ne point en finir et pour le tape-œil.

Pour votre égoïsme et votre orgueil, l’icône africaine Laurent Gbagbo est aujourd’hui à la Haye sans la possibilité d’en sortir !

Est-ce cela le socialisme pur et dur ?

Nous pensions que le socialisme incorporait un aspect social dans le préfixe. Par conséquent, le socialisme est pour la communauté toute entière et ne fait aucune discrimination particulière à un pan de la société.

Le socialisme n’est pas le communisme.

Le socialisme-caviar, votre idéologie politique s’apparente à l’individualisme. L’individualisme facilite la dictature et la tyrannie! #

Nous vous proposons les dérives totalitaires du Président Affi N’Guessan, un supposé homme politique en « liberté provisoire » pour votre appréciation :

« (…) C’est alors qu’un élément de la garde rapprochée d’Affi N’Guessan s’est jette sur lui, le menaçant avec son arme et le frappant à la tête et à la jambe (…). Informé, Pascal Affi N’Guessan ne s’est pas déplacé pour soutenir le journaliste, ni eut des mots de compassion à l’endroit de celui-ci, tout comme, du moins publiquement, il n’a pas désavoué son garde du corps. Les gardes du corps d’Affi N’Guessan sont coutumiers des faits d’agressions sur les civils. Début 2011, toujours à Bongouanou, l’un des éléments de sa garde rapprochée avait tiré sur un Secrétaire de section RDR et l’aurait tué au motif qu’il était un rebelle infiltré. La mère de la victime continue à ce jour de pleurer son fils, natif de Bongouanou et réputé sans histoire (…) » - Source : news.abidjan.net du 5 Mai 2014.

Le FPI version Affi et le régime Ouattara ont de nombreuses choses en commun, à savoir la violence inouïe, les intimidations, chantages, dénigrements, diabolisation, corruption, détournement de deniers publics, marchés de gré à gré. La seule différence entre ces deux entités est leur méthode d’accession au pouvoir : Le FPI se fonde sur les populations et le régime Ouattara sur la force des armes, d’où blanc bonnet, bonnet blanc.

Pour rappel, depuis la première publication de l’article du Président du FDRC, Nick De Bessou en Octobre 2013, il fut la victime de tentative de corruption, séductions et avances sexuelles, chantages, intimidations et menace de mort de la part des militants et cyber activistes proches de la Direction du parti ou du Président Affi N’Guessan. Des articles à cet effet furent publiés afin d’exposer dans les moindres détails, des monstres vêtus de peaux d’agneau à la tête du parti du Président Gbagbo.

Comme quoi, ironiquement son malheur ne venait pas d’ailleurs mais plutôt de son propre entourage ou son premier cercle d’amis de lutte. Ce sont eux qui s’activent dans le secret à le maintenir à la CPI en l’absence de preuves accablantes.

Malheureusement pour cette clique de sorciers-politiciens, les juges viennent d’accorder la permission au conseil juridique du Président de faire appel contre la décision portant sur la confirmation des charges du 12 Juin 2014.

Il se passe aussi des choses étranges, insolites voire inexplicables se produisant du côté de la CPI avec des démissions en cascade et un décès, celui, ironiquement du Juge Allemand, ayant décidé de se retirer de la CPI sous les prétextes fallacieux de problèmes de santé et annoncé décédé en quelques semaines, pour un individu ne montrant point physiquement de signes de maladies incurables ou sévèrement avancées.

Est-ce la volonté de la justice naturelle ou celle de Dieu afin de nettoyer le sang humain inutilement versé dans cette crise longue de plus de 10 ans, comme ce fut le cas du déluge ivoirien depuis bientôt un mois ou la tentative de certaines personnes mal intentionnées tentant de couvrir leurs traces ou activites criminelles dans la dite crise, comme ce fut le cas de Sarkozy faisant assassiner un Kadhafi très remonté et prêt à dévoiler les dessous du financement de l’UMP et de la campagne électorale de 2007 ? Wait and see !

La crise ivoirienne n’a pas fini de révéler au monde entier tous les acteurs et les dessous ou les intrigues politiques ayant favorisé la chute d’un gouvernement démocratiquement élu par la seule volonté des populations ivoiriennes, populations encore sous le choc et cherchant à comprendre et savoir les dessous de cette victoire de Ouattara, qui ne fut jamais une.

Le jeune frère et leader de la Galaxie Patriotique et Ministre de la Jeunesse et des Sports dans le dernier gouvernement Gbagbo, du 4 Décembre 2010 au 11 Avril 2011 fut lui aussi victime du même syndrome légendaire attribué tristement aux bétés de la région de Gagnoa. Ses détracteurs sont en réalité ses proches collaborateurs, amis, frères et confidents comme la liste suivante : Patrice Kouté (ex Président COJEP-Europe /Gagnoa), Jean Claude Gnahoua (Président COJEP-Europe/Gagnoa), Zap Krasso ( Représentant COJEP-France/Gagnoa), Zady Djéjdé (Président-Fondateur du FPU/Gagnoa), Abel Naki (Président-Fondateur du Cri Panafricain/Gagnoa), Richard Dakoury (ex n02 Galaxie Patriotique/Gagnoa), Jean Claude Grébé (Ex Président de la CIRU/Gagnoa), Alain Toussaint (ex Conseiller en Communication du Président Gbagbo/Gagnoa), Anatole Ibo(Ex Vice-Président de la CIRU/Issia) pour ne citer que ceux-ci.

Nous avons suffisamment d’éléments compromettants sur ces personnes citées ci-haut, si d’aventure elles tentaient de nous diaboliser ou nous dénigrer ou encore de distraire la résistance.

Nous l’avions soutenu à plusieurs reprises que la mobilisation et la conviction politique de certains leaders de la résistance furent uniquement pour des postes administratifs ou certains avantages financiers.

Cette résistance aux mains de ces leaders auto-proclamés a fini par imploser depuis la confirmation des charges du Président Gbagbo. Déjà nombreux parmi eux ont déjà déposé leur valise au RDR ou se sont rapprochés de certains dignitaires du parti tribaliste de Ouattara. Ils se connaissent et vous les connaissez tous !

Où sont-ils ces leaders de la résistance qui prétendaient braver toutes ces intempéries pour la noble cause du Président Gbagbo ?

Ont-ils déjà organisé une visite de courtoisie afin de rencontrer leur frère et leader, Charles Blé Goudé, détenu illégalement à la Haye ?

Ont-ils perdu momentanément leur citoyenneté européenne ou encore désormais soumis aux accords de Schengen leur imposeraient désormais une demande de visa en bonne et due forme afin de relier Paris ou Genève a la Haye ?

La moralité de cette saga politique aux multiples tentacules tant ivoiriennes, burkinabés, françaises, onusiennes, étatsuniennes et canadiennes est que le noir ou l’africain est celui-là même qui commet le suicide ou impose le suicide collectif aux populations pour des gains et avantages sociaux dans l’unique but d’être les seules personnes à regarder dans la communauté, à aduler en l’absence d’actes concrets et désintéressés pour le commun des populations, a admirer pour leur fortune ou leur prestige de façade pour laisser libre cours à leur libido insatiable pour les jeunes filles vulnérables et ou facilement corruptibles par les passeports européens, les billets d’Euro et les voitures de luxe volées en Europe et stationnées dans leur soit disant résidence.

Tout ceci et pour si peu, des milliers des nôtres sont morts. Des dizaines des nôtres meurent à l’étranger, par manque d’argent pour les soins de première nécessité. Des centaines de jeunes filles et d’étudiantes se prostituent à raison d’un Cedi pour leur maigre pitance. Des milliers des nôtres sont constamment humiliés par les communautés frères de la sous-région, recevant pour la première fois de leur jeune histoire, une large population d’ivoiriens, nationalité et pays autrefois très enviés et considérés comme « les européens de l’Afrique de l’Ouest ».

Tout ceci pour absolument rien ! Rien que pour assouvir leurs besoins égoïstes et maintenir un semblant de train de vie afin de nous mettre plein les yeux !

Vanité ! Vanité ! Quand tu nous tiens ! Quel gâchis pour la Côte D’Ivoire !

Quel gâchis pour les vies humaines innocentes perdues à jamais, non pas pour des causes idéologiques pouvant faire sortir nos états de la misère et la servitude mais plutôt pour la cause unique de certaines personnes orgueilleuses, tentant de se faire un nom sans le moindre effort.

Qu’est-ce que nous sommes devenus en si peu de temps ? Des humanoïdes possédés par un esprit malsain ou malin tentant de faire de la nouvelle Jérusalem, l’autel de ses sacrifices humains.# Quelle bêtise humaine !

La délivrance de la Côte D’Ivoire ne sera point politique comme nous l’annoncions tantôt mais plutôt spirituelle !

Ce pays est devenu le lieu par excellence de toutes les expériences criminelles jamais exécutées dans les camps de concentrations en Pologne et en Allemagne !

Seules la foi et la grâce divine pourront nous délivrer ! Et ce travail est en train de se faire sous nos yeux, à commencer par la destruction de toutes les réalisations du diable afin de séduire les ivoiriens comme cela fut le top départ avec le déluge auquel les ivoiriens sont en train de s’accoutumer.

Ayez une foi très ferme, car le combat ne se trouve plus à notre niveau physique mais plutôt dans un environnement métaphysique ou ésotérique!

A bon entendeur, salut !

[Fin de la Quatrième partie]

ENSEMBLE POUR UNE AFRIQUE FORTE !

Fait à Londres le 28 Juillet 2014.

Nick De Bessou

Juriste & Anthropologue Politique.

Président du FDRC.

[Forum pour la Démocratie et la Résolution des Crises]

Suivez-nous sur Facebook : Nick De Bessou et Nick De Bessou Officiel.

Suivez-nous sur Twitter : @nickdeBessou1

Suivez-nous sur le Blog : nickdebessou.over-com.

Suivez-nous sur le site internet : www.nickdebessou-info.com

Suivez-nous sur : www. fdrc-democratie.info

Marie-Odette Lorougnon, a la Convention de Fevrier 2014: Quelle bonne actrice politique!

Marie-Odette Lorougnon, a la Convention de Fevrier 2014: Quelle bonne actrice politique!

Commenter cet article