Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog politico-juridique

Afrique: Jesus-Christ est-il de descendance africaine ou juive?

Publié le 23 Juin 2014 par Nick de Bessou

Afrique : Jésus-Christ est-il de descendance africaine ou juive ?

Religion révélée ou mensonges religieux !

 

[Dossier exclusif du FDRC].

[Première partie].

(AMES SENSIBLES S’ABSTENIR)!

 

Pendant longtemps, les africains en particulier furent induits en erreur pour la véritable identité culturelle voire raciale de l’unique fils d’Amon ou de Dieu, le créateur. La propagande suprématiste occidentale avait fini par réduit le Rédempteur en caucasien, un blond aux yeux bleus et des cheveux de hippy, le présentant abusivement comme l’image de Jésus-Christ, le fils d’Amon.

Ce personnage grossier, une image erronée du fils de Dieu fut véhiculée partout, surtout en Afrique afin de convaincre les africains de leur infériorité raciale et les maintenir dans la domination suprématiste des occidentaux. La réalité est que pour ce travail psychologique, afin de réduire l’africain en éternel esclave et soumis, fut fait longtemps avant le partage de l’Afrique en morceaux ou zones d’influence politique et économique occidentales, suite à la Conférence de la Honte, abusivement appelée la Conférence de Berlin de 1884-1885. Bien avant cette conférence de suprématistes et esclavagistes, le travail psychologique fut déjà conçu, développé et véhiculé à travers des manuscrits, des objets d’art, encyclopédies, annales et les deux bibles occidentales ayant servi de manuscrits suprématistes et esclavagistes pour la conquête de l’Afrique et son exploitation abusive à savoir la Bible de Louis Segond (Version Française) et celle du Roi Jacques ou James (Version Anglaise).

Ce sont ces deux bibles datant de la période pré-Conférence de Berlin (1884-1885) et post-Révolution française (1789) qui furent les éléments psychologiques utilisés afin de pacifier les « indigènes », les réduire totalement au rang de sous-hommes, d’être sans âmes, sans repère historique, sans personnalités, sans dignité, sans histoire glorieuse, sans religion propre à eux, sans autorité, sans souveraineté, sans droits de l’homme, sans culture, sans statut humain, sans rationalité, sans voix, sans présence, sans titre de propriétés etc.

En clair, les bibles occidentales ont fini par réduire des êtres humains, autrefois des souverains, en esclaves, pire en commodités. Ces africains sont devenus par la force des choses des personnes totalement dépossédées, totalement démunies, des éternels soumis pour une vie éternelle dans l’au-delà, se laissant abusivement et naïvement déposséder de tous leurs biens pour une vie éternelle et meilleure dans  le royaume de Dieu, pendant que le colon lui s’enrichit honteusement et grossièrement à partir des richesses et ressources naturelles des africains.

 

Les africains sont devenus des sous-hommes, des descendants de primates ou des primates par la force des préjugés suprématistes véhiculés à travers les livres d’histoire, les encyclopédies, les annales, les productions artistiques telles la poésie, la philosophie grecque ou occidentale, les media et les arts.

Les préjugés suprématistes sont aussi enseignés dès la naissance des enfants caucasiens afin que ces derniers sachent leur place suprême dans notre univers et le rôle de dominé et d’esclave attribué au noir, noir crée selon eux et la fausse assertion inscrite dans les bibles occidentales faisant de Cham, un noir et esclave à jamais pour la cause de la race blanche.

De tels préjugés et contre-vérités existent tristement dans les soit disant livres saints encore utilisés de nos jours à savoir Bibles, Coran et Torahs.

Depuis plus de 2000 ans, ces grossiers mensonges sont encore véhiculés à travers les 4 points cardinaux de notre univers, mensonges grossiers encore inscrits dans le système éducatif occidental pour la suprématie de cette sous-race prétendant être la crème des crèmes, la lumière de notre univers, la grande conceptrice de la civilisation universelle, elle, sous-race sans repère historique à part le passage mitigé de la civilisation grecque ou domination intellectuelle grecque avec les philosophes, poètes et mathématiciens grecques faisant  la fierté des occidentaux, philosophes, poètes et mathématiciens ayant reçu leur éducation de base en Egypte pharaonique noire pendant le règne divin des pharaons et autres souverains noirs, bien avant l’invasion indo-européenne du VIIe siècle faisant de l’Egypte actuelle un territoire à prédominance blanche.

C’est donc ce peuple de menteurs, d’hypocrites, de malhonnêtes, d’incultes, de barbares et autres racailles de la pire espèce prétendant être les premiers êtres à qui Amon, le Dieu- créateur s’est révélé, faisant de leurs œuvres religieux pompeusement appelés « Religions révélées » à savoir le Christianisme, le Judaïsme et l’Islam.

Les us et coutumes des africains sont réduits au rang d’idolâtrie, de fétichisme, de satanisme et  les africains considérés comme des kéfirs, des barbares, des sauvages, des indigènes, des idolâtres, des sorciers, des incultes et autres suggestions condescendantes.

Depuis le passage en force des religions dites révélées en Afrique pour leur exploitation abusive et leur domination en tout, des personnages ont fait  leur apparition à savoir Jésus-Christ (Christianisme et Judaïsme) et le Prophète Mahomet (Islam). Ce sont en particulier ces deux religions dites révélées qui sévissent  en Afrique à savoir le nord-africain avec l’Islam et la partie centrale et le sud avec le Christianisme et ses dérivées religieuses à savoir les Protestants, les Evangélistes, les Mormons, les Christianistes célestes, les Baptistes et autres sectes et groupes d’escrocs et manipulateurs se servant de la naïveté et de l’ignorance et aussi de l’analphabétisme intellectuel des populations africaines afin de s’imposer dans leur vécu, quotidien ou routine au détriment de leur propre histoire, culture, us et coutumes, faisant d’eux en réalité des êtres téléguidés et contrôlés par les satellites religieux tels le Vatican (le catholicisme), le Church of England (les protestants ou les anglicans) et la Mecque (les musulmans).

Le partage de l’Afrique est toujours une affaire d’actualités mais et surtout de richesses et pouvoir pour les colons et la survie de leur propre économie et finalement pour le bien-être de leurs populations au détriment des intérêts et bien-être des africains considérés comme des sous-hommes, des primates et autres, n’ayant point besoin de ces ressources naturelles, ressources naturelles pouvant uniquement profiter aux hommes, les vrais hommes, les personnes civilisées et non des indigènes et autres sauvages noirs.

En clair, la Conférence de Berlin de 1884-1885 fut un contrat entre les occidentaux et les africains, africains n’ayant point été conviés à cette conférence afin de discuter des termes et conditions du contrat selon leur volonté ou leurs  intérêts, contrat suggérant l’exploitation abusive des territoires africains en échange de la Religion, la Civilisation, l’Education et le Développement.

En d’autres termes, un contrat dont les seuls signataires détiennent les clauses, maintenant la partie adverse, l’Afrique dans l’ignorance la plus totale. Depuis 1884 à nos jours, il  est virtuellement impossible d’identifier les clauses et pourquoi les africains doivent servir de souffre-douleur, source de richesses et fortune des autres races.

Les indépendances africaines des années 60, en réalité la déclaration de la cogérance des états africains, car encore dirigés depuis les anciennes métropoles, continuent de perpétuer la domination occidentale en Afrique. Les africains sont  encore dans les chaines de la  soumission totale grâce aux bibles et autres livres saints sans oublier le système éducatif occidental et ses manuscrits, de la servitude, de l’esclavage psychologique les dénaturant, les déshumanisant et finalement les détruisant de l’intérieur pour la seule gloire d’une race prétendant avoir apporté tout à notre humanité.

Quelle est cette civilisation abusant des autres peuples afin d’exister prétendant être la crème de la crème ? N’est-ce pas du gangstérisme international faisant des criminels dans l’âme et les faits des personnes se réclamant de bonne moralité et tentant de se présenter comme donneuses de leçons et gendarmes de notre univers ?

Un gendarme n’est-il pas un officier de l’armée dont  les missions sont de maintenir la justice, la cohésion, la paix, le droit et la loi ? Est-ce le cas des occidentaux violant les droits les plus élémentaires des africains en détruisant les fondations des institutions africaines, massacrant nos populations pour si peu ou encourageant la destitution de nos états africains à travers les coups d’état, coups de force, rébellions et guerres civiles ?

Pouvons-nous honnêtement mettre ces deux gendarmes cités plus haut sur le même pied d’égalité ?

Le second gendarme, selon notre description est celui-là même qui a droit d’exister dans nos sociétés humaines dites  civilisées. Le premier gendarme est en réalité un gangster, un criminel, un malhonnête, un faussaire, un usurpateur. Par conséquent, il doit être extirpé du corps de la Gendarmerie avant que ses actions ne puissent ternir l’image de l’armée.

C’est cela l’attitude à adopter en société, lorsqu’un individu commet des crimes, il doit être isolé de la communauté afin qu’il paye pour ses crimes, passe le temps en détention afin de se rééduquer avant sa prochaine libération et réinsertion dans la  communauté.

Toutes les communautés humaines sont régies par des lois et règles. Les règles s’appliquent à tous sans exception.

Les  règles et les lois ne sont pas des inventions humaines mais plutôt la volonté divine. Dieu a instauré un nombre de lois et règles souvent par écrit ou des règles ou lois naturelles. Par conséquent, tout individu vivant en communauté doit se soumettre à ces lois et règles afin d’être considéré comme un membre de la communauté.

Une fois que cet individu viole les lois et règles en place, il est immédiatement isolé afin qu’il apprenne à nouveau le fonctionnement des sociétés humaines et les devoirs du citoyen.

En clair, la civilisation occidentale est une fraude car elle n’est ni  profitable aux africains sinon de les maintenir encore  dans l’esclavage, la soumission, le joug, dans les fers et par ricochet les détruire sous toutes les formes possibles.

La civilisation doit être positive, humanitaire, humaniste, philanthropique, bénéfique, salutaire, profitable aux populations et non meurtrière, esclavagiste, génocidaire, condescendante, suprématiste etc.

Les africains n’ont absolument rien obtenu de profitable de cette soit disant civilisation, civilisation dite supérieure mais en réalité la crème de la crème de la médiocrité humaine et  occidentale.

Pouvons-nous nous enorgueillir appartenir à une telle civilisation ?

Si certains y croient encore et encore dur comme fer, alors nous craignons beaucoup pour leur propre survie et l’avenir de leurs progénitures, progénitures qui seront tristement nourries de contre-vérités et préjugés faisant  de leurs générations de véritables idiots et ignorants à perpétuité.

La connaissance est vie. La vie est un enseignement. L’enseignement est divin. Dieu est amour, justice, tolérance.

Est-ce cela la réalité de nos jours avec les soit disant concepteurs des religions dites révélées ? Non ! Non !  Non !

Les israéliens prétendent  être les enfants de Dieu et le peuple élu de Dieu. Cependant, ils ont rejeté l’unique fils de Dieu, Jésus-Christ. Alors quel est ce Dieu qu’ils servent-ils donc ? Pouvons-nous de ce fait établir que Jésus-Christ est de descendance juive ou  étrangère voire africaine ?

Jésus-Christ juif ou africain ?

Extraits du Livre de Nick De Bessou sur le Panafricanisme :

La suprématie blanche est une imagination ou création des occidentaux à vouloir imposer la couleur de leur peau comme étant supérieure à celle des autres. Il n’est nulle part écrit que la peau blanche est supérieure.

Cependant, les livres et encyclopédies produits ou publiés depuis la période de la traite négrière font la promotion injustifiée ou non fondée de leur suprématie. Tout le passé glorieux des noirs et des autres peuples a été diligemment effacé ou attribué aux blancs.

Toutes les inventions des autres peuples devinrent des propriétés des occidentaux. Les occidentaux qui allèrent à la découverte de d’autres territoires revinrent avec des inventions ou connaissances nouvelles. Ces inventions ou connaissances devinrent par la suite des propriétés européennes. Par exemple, la poudre à canon ou explosifs fut une invention chinoise.

Selon Wikipédia : « Certaines sources historiques situent l'invention de la poudre noire durant la dynastie Han (chinois traditionnel : 漢朝, chinois simplifié : 汉朝, hanyu pinyin : hàncháo, chinois archaïque : ŋ̥ānh ḍhaw) qui régna sur la Chine de 206 av. J.-C. à 220 ap. J.-C. Des traces écrites tentent de prouver en effet qu'un alchimiste nommé Wei Boyang de la cour de la dynastie Han aurait expliqué le mélange et ses propriétés. Les composants qui servent à la fabriquer (le soufre et le salpêtre) étaient utilisés comme remèdes sous cette dynastie. La poudre elle-même était considérée comme un traitement efficace de la gale, des rhumatismes, des maladies infectieuses et parasitaires. Cependant, très peu d'historiens lui créditent cette invention pour le moment.

Pour le sinologue Joseph Needham, « La première composition d'un mélange explosif est née au cours d'une exploration systématique des propriétés chimiques et pharmaceutiques d'une grande variété de substances, recherche inspirée par l'espoir d'atteindre la longévité ou l'immortalité matérielle ». La poudre à canon est inventée en Chine vers le VIIe siècle, durant la Dynastie Tang (618-907). Le médecin alchimiste du début de la dynastie Tang, Sun Simiao (581-682, 孫思邈 sūn sīmiǎo) décrit déjà dans danjing nei fu liuhang fa (《丹經內伏硫磺法》pinyin : dānjīng nèi fú liúhuáng fǎ) comment il a obtenu un mélange explosif en cherchant à confectionner l'élixir d'immortalité ».

La poudre à canon fut utilisée pour la première fois lors de la bataille de Crécy,  opposant à partir du milieu de l'après-midi du 26 août 1346 l'armée du royaume de France à une armée venue d'Angleterre pour saccager et piller les terres proches des rivages de la Manche, selon Wikipédia.

Cependant, dès le XIVe siècle, les livres et encyclopédies  occidentaux parlèrent du génie des blancs à inventer la poudre et les explosifs. Des armes (fusils et pistolets) furent fabriquées dès cette époque pour faciliter la conquête de l’Afrique et d’autres territoires. La poudre à canon fut utilisée pour soumettre les autres peuples, encore ignorants les techniques chimiques de cette poudre explosive. La poudre facilita la percée occidentale dans les nouveaux territoires. Nombreux sont les livres d’histoire qui attribuent la paternité de cette poudre à l’Europe. Ce fut aussi les cas de la religion et de la connaissance ou même de la civilisation. Les occidentaux s’attribuèrent la paternité de la connaissance telles les mathématiques, l’écriture, la philosophie et la religion. En d’autres termes, les occidentaux s’attribuaient la paternité de la civilisation. Qu’en était-il réellement ?

 

Les religions révélées fondées sur le Christianisme ou judaïsme, sont des pures inventions occidentales. Elles proviennent du IVe siècle, période de règne de l’empereur Romain Constantin. L’empereur Constantin ou Flavius Valerius Aurelius Constantinus (27 février 272 au 22 mai 337) fut le véritable artisan des religions révélées. Il fut à l’origine de la mise à l’écart de la loi divine ou tradition juive et de la création d’une nouvelle loi  humaine fondée sur la philosophie gréco –romaine. Les religions révélées ne sont pas le fruit de la volonté divine telle qu’elle est pratiquée par les juifs de nos jours mais plutôt de la volonté manifeste d’un individu tentant politiquement de s’imposer et imposer sa vision religieuse.

 

Dès cet instant, une nouvelle Bible vit le jour, truffée de contre-vérités, de passages religieux faisant le culte de la personnalité ou de la domination romaine et des fêtes religieuses en déphasage total avec la loi divine. Des livres de Genèse à Apocalypse, les écritures divines furent manipulées pour introduire des pensées humaines. C’est donc cette Bible qui servit d’instrument pour l’Eglise Catholique afin de favoriser la traite négrière. C’est cette même Bible dont se servirent les esclavagistes pour prétendre nous apporter la religion et la civilisation.

1.2. L’origine de la religion.

Pendant longtemps, les occidentaux nous ont fait croire que les religions révélées sont des religions divines, fondées sur l’enseignement ou la loi divine. La révélation veut dire qu’il n’y eut pas d’autres religions avant celles-là (Judaïsme, Christianisme, Islam). Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam sont dites religions révélées. Elles prétendent avoir la révélation divine et s’autoproclament les vraies et uniques religions. Cependant, toutes ces religions ont leur fondation ou origine dans la religion africaine des temps pharaoniques.

La civilisation africaine pharaonique fut la première et la plus vieille des civilisations. Toute civilisation ne peut exister sans avoir sa religion, sa tradition, sa culture, son écriture et même sa philosophie. Dire que l’Afrique pharaonique n’avait aucune religion dite révélée, serait nier à tout un peuple, une race, son histoire, sa civilisation, son existence.

La religion révélée, c’est-à-dire la religion qui reconnait l’existence de la divinité, le monothéisme, a vu le jour en Afrique. Le véritable nom de Dieu est Amen ou Amon.

Ce nom s’attache à certains noms de pharaons soit pour bénéficier de la protection d’Amon ou pour servir d’intermédiaire entre Amon et le peuple. Une sorte de prophète-souverain.

L’origine des religions dites révélées prend sa source dans la vallée du Nil (Civilisation africaine pharaonique). Selon  Wikipédia : « Amon est l’une des principales divinités du panthéon égyptien et du panthéon berbère, dieu de Thèbes. Son nom Imen, « le Caché » ou « l’Inconnaissable », traduit l’impossibilité de connaître sa « vraie » forme, car il se révèle sous de nombreux aspects. Il est Imen achâ renou, « Amon aux noms multiples ». Amon est aussi connu sous le nom d’Amen, Imem, Iman, Amin. Les juifs l’appellent Yahvé, Adonaï, Elohim, El Shaddaï et l’Amen.

Amon n’est pas l’une des principales divinités mais la seule et vraie divinité pharaonique. La trinité au temps pharaonique fut représentée par Horus (Le Dieu Faucon), Isis (Déesse protectrice et salvatrice) et d’Osiris (Dieu du Panthéon Egyptien et Roi de la mythologie égyptienne. La trinité est la référence faite dans la Bible, parlant de Babylon, ou des païens. Amon signifie le caché, créateur de l’univers, source cachée de toutes les bénédictions et de toute la création. Amon est le Dieu unique.

Nos ancêtres de la vallée du Nil reconnaissaient déjà l’existence d’une puissante source, un être suprême, unique, donc le monothéisme.

Dans les textes pharaoniques de nos ancêtres ou « Doua en Imem » ou (Louange à Amon), il était révélé qu’Amon est unique et est caché pour eux. Les prières étaient adressées à Amon, le Dieu unique.

Dans la tradition Rabbinique, le Talmud explique que le terme Amen signifie « Dieu, roi en qui l’on place sa confiance ». Il est aussi défini comme la source de toutes les bénédictions qui arrivent à Israël. Dans le livre d’Apocalypse au chapitre 3, verset 4 : « Ainsi parle l’Amen, le témoin fidèle et vrai, le principe de la création de Dieu ».

Dieu ou Amen est le principe à l’origine de la création de tout. Amon est donc le principe à l’origine de la création de tout. Les africains furent les premiers à découvrir Dieu ou mieux Dieu s’est révélé aux africains les premiers. Il ne pouvait pas en être autrement, l’Afrique est le berceau de l’humanité et la source de toute civilisation.

Amen ou Amin ne veut donc pas dire « ainsi soit-il » ou « c’est ma foi » après des prières ou invocations. Par exemple « ainsi soit-il », chez les arabes se traduit « inchallah » et non « Amin ». Les religions dites révélées ajoutent à toutes prières Amen ou Amin afin de prendre Amon Ou Dieu a témoin et afin qu’il exauce leurs prières. Par exemple Amenhotep III (Amon est satisfait) ou Toutânkhamon (Image vivante d’Amon). Donc Amon veut dire Dieu, le souverain. Amen et Amin furent des mots empruntés à l’Afrique. Il n’a jamais existé de mots pareils dans les langues occidentales ou l’arabe. Ces mots signifient autre chose dans ces langues.

Ils ne signifient pas Dieu.

[Fin de la Première partie].

ENSEMBLE POUR UNE AFRIQUE FORTE !

 

Fait à Londres le 23 Juin 2014.

 

Nick De Bessou

Juriste & Anthropologue Politique.

Président du FDRC

Président du FDRC

[Forum pour la Démocratie et la Résolution des Crises]

Suivez-nous sur www.fdrc-democratie.info

Suivez-nous sur www.nickdebessou-info.com

Suivez-nous sur Twitter: @nickdeBessou1

Suivez-nous sur le Blog: nickdebessou.over-blog.com

Suivez-nous sur Facebook: Nick De Bessou et Nick De Bessou Officiel

 

Les differents symboles des religions dites revelees!

Les differents symboles des religions dites revelees!

Commenter cet article

عبد السلام 11/08/2014 14:23

Voici un blog pour mieux comprendre l'islam:

http://vers-le-firdaws.blogspot.com/

Bonne lecture. C'est simplifié pour les francophones.